NOUVELLES
25/08/2014 08:15 EDT | Actualisé 25/10/2014 05:12 EDT

Ebola: un médecin libérien qui avait reçu du ZMapp est décédé

MONROVIA, Libéria - Un médecin libérien infecté par le virus d'Ebola et qui avait reçu un traitement expérimental est décédé, a annoncé lundi le ministre de l'Information du Libéria,

Le docteur Abraham Borbor, le directeur médical adjoint du plus grand hôpital du pays, comptait parmi les trois Africains à avoir été traité avec ce médicament.

Deux Américains qui ont été traités au ZMapp ont survécu, mais un religieux espagnol est décédé. On ne sait pas comment se portent les deux autres Libériens qui ont reçu du ZMapp.

M. Borbor «semblait prendre du mieux mais hier (dimanche) son état s'est détérioré», a dit le ministre Lewis Brown.

L'Ebola a fait plus de 1400 morts dans quatre pays d'Afrique de l'Ouest, soit le Libéria, la Guinée, le Sierra Leone et le Nigeria. Une épidémie distincte d'Ebola a fait surface en fin de semaine au Congo, mais les experts affirment qu'elle n'est pas liée à l'épidémie d'Afrique de l'Ouest.

On ne dispose d'aucun traitement éprouvé contre la maladie, une fièvre hémorragique fortement contagieuse dont le taux de mortalité peut atteindre 90 pour cent.

Seulement six personnes ont reçu du ZMapp à travers le monde. Toutes les réserves du médicament sont maintenant épuisées, et la compagnie pharmaceutique qui le fabrique a prévenu que de nouvelles doses ne seront pas disponibles avant plusieurs mois.

L'Organisation mondiale de la Santé a annoncé le remplacement de son représentant en Sierra Leone. Le docteur David Nabarro, qui coordonne la réponse de l'ONU à l'épidémie, a dit avoir besoin de plus d'aide de la part de la communauté internationale.

«L'effort pour vaincre l'Ebola n'est pas une bataille mais une guerre qui nécessite que tous travaillent ensemble efficacement, et il n'est pas facile de déterminer si nous gagnons ou si nous perdons la guerre», a-t-il déclaré aux journalistes réunis dans la capitale libérienne.

Par ailleurs, le Japon a annoncé lundi qu'il est prêt à fournir un vaccin contre l'influenza pour tenter de freiner l'épidémie d'Ebola. Le vaccin Avigan a été développé par Toyama Chemical, une filiale de Fujifilm, mais son efficacité contre l'Ebola n'a pas été démontrée. Un responsable de Fujifilm a expliqué que les virus d'Ebola et de l'influenza ont plusieurs similarités génétiques, d'où l'efficacité possible du vaccin.

Fujifilm et son partenaire américain, Medivector, discutent avec la Food and Drug Administration des États-Unis de l'organisation prochaine d'essais cliniques pour mesurer l'efficacité du vaccin contre l'Ebola.