NOUVELLES
25/08/2014 02:56 EDT | Actualisé 25/10/2014 05:12 EDT

Ebola : mort d'un médecin ayant reçu un traitement expérimental

Getty

Un médecin libérien atteint par le virus Ebola est mort la nuit dernière après avoir reçu un traitement expérimental destiné à combattre le virus, a annoncé lundi le ministre de l'Information du Libéria.

Des doses du sérum ZMapp avaient été envoyées au Libéria à la mi-août pour traiter le docteur Abraham Borbor, directeur médical adjoint du plus grand hôpital du pays, et deux autres professionnels de la santé, qui sont toujours en vie.

L'état de santé du docteur Borbor s'est soudainement détérioré, après avoir présenté des signes d'amélioration, a précisé le ministre.

Seulement six personnes ont reçu le ZMapp à travers le monde. La semaine dernière, deux Américains qui étaient atteints de la fièvre hémorragique ont été guéris après l'avoir reçu, mais un religieux espagnol également traité est décédé.

L'entreprise qui produit le médicament indique avoir écoulé toutes ses doses qui étaient disponibles en faible quantité et qu'il faudra attendre plusieurs mois avant la production de nouvelles doses.

Par ailleurs, le Japon a annoncé lundi qu'il est prêt à fournir un vaccin contre l'influenza pour tenter de freiner l'épidémie d'Ebola. Le vaccin Avigan a été développé par Toyama Chemical, une filiale de Fujifilm, mais son efficacité contre l'Ebola n'a pas été démontrée. Un responsable de Fujifilm a expliqué que les virus d'Ebola et de l'influenza ont plusieurs similarités génétiques, d'où l'efficacité possible du vaccin.

Selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publié le 20 août, le virus Ebola a fait 1427 morts sur 2615 cas recensés en Afrique de l'Ouest.

Six mois pour contenir l'épidémie

Par ailleurs, le coordinateur de l'ONU contre le virus Ebola, le Dr David Nabarro, a prévenu lundi que la lutte contre l'épidémie en Afrique de l'Ouest était une « guerre » qui n'était « pas gagnée » et qui pourrait prendre six mois.

« La lutte pour vaincre Ebola n'est pas une bataille, mais une guerre, qui exige que tout le monde travaille ensemble, dur et efficacement. J'espère que ce sera terminé dans six mois, mais nous devons continuer jusqu'à ce que ce soit fini », a-t-il insisté lors d'une conférence de presse à Freetown, en Sierra Leone.

« Sommes-nous en train de perdre ou de gagner? Tout ce que je peux dire, c'est que nous ne l'avons pas encore gagnée », a ajouté M. Nabarro.

L'épidémiologiste britannique a aussi déploré la suspension par de nombreuses compagnies aériennes de leurs liaisons avec les pays touchés, qui rend difficile pour l'ONU d'acheminer du personnel et du matériel.

Il est appuyé par le directeur adjoint de l'OMS pour la sécurité sanitaire, le Dr Keiji Fukuda, qui a réitéré que l'OMS ne « soutenait aucun embargo aérien général, tout en reconnaissant les craintes éprouvées par les gens ».