NOUVELLES
25/08/2014 05:00 EDT | Actualisé 25/10/2014 05:12 EDT

Deux journalistes portés disparus en Ukraine (presse)

Deux journalistes travaillant pour un journal de Crimée, la péninsule ukrainienne rattachée en mars à la Russie, ont disparu depuis dimanche en Ukraine, a-t-on appris lundi auprès du journal.

Maxime Vassilenko, photographe du journal "Télégraphe de Crimée" qui travaille également pour l'AFP et l'agence publique russe Ria-Novosti, et sa collègue, la journaliste Evguenia Koroliova "n'ont pas donné de nouvelles depuis 18H30 GMT dimanche", a déclaré à l'AFP la rédactrice en chef du journal, Maria Volkonskaïa.

"Evguenia a appelé hier soir une amie à elle, en disant que des militants du groupe ultra-radical ukrainien Secteur droit les avaient fait descendre du bus" à bord duquel les deux journalistes retournaient en Crimée, après avoir fait un reportage sur le défilé humiliant de prisonniers de guerre à Donetsk, fief des séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine, a précisé Mme Volkonskaïa.

"Depuis, nous ne savons rien sur leur sort", a-t-elle souligné.

Dimanche, jour de l'Indépendance ukrainienne, 40 à 50 soldats ukrainiens encadrés de rebelles séparatistes en armes ont vécu une terrible humiliation à Donetsk où ils ont été exhibés dans les rues et hués par la foule.

Début août, la Russie que l'Occident accuse d'être impliquée dans le conflit ukrainien, avait déjà annoncé avoir ouvert une enquête sur la disparition en Ukraine d'un photographe de l'agence de presse Ria-Novosti, Andreï Sténine.

"Nous allons vérifier l'hypothèse d'une implication de la garde nationale ukrainienne et des structures de forces dans la détention du journaliste russe", avait alors déclaré le Comité d'enquête russe dans un communiqué.

En juin, deux autres journalistes de la chaîne de télévision Zvezda, qui appartient au ministère russe de la Défense, avaient été arrêtés par la garde nationale ukrainienne, à l'instar de deux journalistes russes de la chaîne de télévision pro-Kremlin Life News, en mai. Les journalistes paient un lourd tribut au conflit ukrainien, avec trois journalistes russes tués en juin et un photographe italien décédé avec son assistant russe fin mai.

mp/gg