NOUVELLES
25/08/2014 04:05 EDT | Actualisé 25/10/2014 05:12 EDT

Boko Haram affirme avoir établi un califat islamique au Nigeria

MAIDUGURI, Nigeria - Le groupe extrémiste rebelle nigérian Boko Haram affirme contrôler la ville de Gwoza, au nord-est du pays, et l'avoir ajoutée au califat islamique qu'il prétend avoir établi.

Le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a déclaré dans une vidéo que Gwoza, dans l'État de Borno, faisait maintenant partie de son califat islamique.

L'armée du Nigeria a cependant réfuté l'information sur Twitter, indiquant que «le Nigeria est toujours intact».

Son président Goodluck Jonathan avait déclaré l'état d'urgence dans trois États du nord-est en mai de l'an dernier, affirmant que des militants avaient pris le contrôle de certaines parties de l'État de Borno, lieu de naissance de Boko Haram.

Après l'imposition de l'état d'urgence, l'armée avait semblé reprendre le contrôle de certaines parties du nord-est, tuant des militants et en poussant d'autres à fuir vers les États voisins. Mais les attaques violentes de Boko Haram ont augmenté et des milliers de personnes ont été tuées cette année.

Un dirigeant de l'armée nigériane a déclaré lundi, sous le couvert de l'anonymat, que des soldats combattant Boko Haram dans la ville de Gamboru Ngala, à la frontière avec le Cameroun, avaient dû se réfugier en territoire camerounais.

Plus de 4000 personnes, en majorité des civils, ont été tuées cette année seulement dans le conflit, lors d'attaques de Boko Haram et des répliques des forces de sécurité, selon les données partagées par Amnistie internationale le 5 août. Quelque 3600 personnes avaient perdu la vie pendant les quatre premières années de rébellion des extrémistes islamistes.

La lutte du Nigeria contre Boko Haram s'est amorcée en 2009, mais elle a retenu l'attention de la planète lorsque des militants ont enlevé plus de 200 écolières, qui sont toujours captives.