Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Yémen: un général et 3 soldats tués dans des attentats attribués à Al-Qaïda

Un haut gradé de l'armée yéménite et trois soldats ont péri dans deux attentats distincts dans le sud et sud-est du Yémen samedi, ont rapporté des responsables militaires, attribuant les attaques à Al-Qaïda.

"Une bombe posée par Al-Qaïda sur une route reliant Seyoun à Chibam (dans la province du Hadramout, sud-est) a explosé au passage d'un véhicule de l'armée tuant trois soldats et en blessant six autres", a affirmé un responsable militaire à l'AFP.

Deux suspects, membres présumés d'Al-Qaïda, ont été arrêtés à un barrage à l'entrée de Seyoun quelques heures après l'attaque, a-t-il ajouté.

L'armée est régulièrement prise pour cible dans la province du Hadramout, où des affrontements ont coûté la vie dimanche à six membres présumés d'Al-Qaïda et trois soldats.

Face à la multiplication des attaques attribuées à Al-Qaïda au Hadramout, les militaires n'ont cessé de renforcer leurs positions en vue d'une offensive contre le réseau extrémiste.

Dans la grande ville du sud du pays, Aden, un colonel de l'armée a été attaqué alors qu'il se déplaçait en voiture.

"Une bombe a explosé dans la voiture du général Ahmed Mohammed Saleh al-Omari, en charge de la logistique et de l'approvisionnement dans la 3e région militaire (...) le blessant ainsi que son fils" dans le quartier de Mansoura à Aden, a rapporté une autre source militaire, attribuant également l'attaque à Al-Qaïda.

Le père et le fils ont été transférés à l'hôpital, où le militaire a succombé à ses blessures, selon le responsable et une source médicale.

Al-Qaïda reste actif dans le sud du Yémen en dépit d'une opération de l'armée qui a éloigné, en avril, ses hommes des centres urbains.

Aqpa (Al-Qaïda dans la Péninsule arabique), considéré par les Etats-Unis comme la plus dangereuse des branches du réseau extrémiste, a profité de l'affaiblissement du pouvoir central au Yémen en 2011, à la faveur de l'insurrection populaire contre l'ancien président Ali Abdallah Saleh, pour renforcer sa présence dans ce pays.

faw/lyn/faa/sw

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.