Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Syrie/Irak: l'impasse politique et l'intérêt économique poussent les jeunes vers l'EI (nonce)

L'absence de perspectives politiques et l'intérêt économique poussent, plus que "les convictions idéologiques", les jeunes syriens vers l'Etat islamique (EI), a analysé samedi l'envoyé du pape en Syrie.

Interviewé par Radio Vatican, le nonce (ambassadeur permament) Mario Zenari, resté en Syrie depuis le début du conflit il y a plus de trois ans, a estimé que "ces jeunes militants qui s'en vont grossir les rangs des extrémistes, ne le font pas en général par conviction idéologique, mais parce qu'ils sont frustrés de voir que les idéaux de démocratie et de liberté ne progressent pas, que la situation est dans l'impasse". "Ils viennent à eux parce qu'ils (les jihadistes) sont plus efficaces et aussi parfois parce qu'ils reçoivent d'eux un soutien économique plus grand", a estimé le représentant du Vatican.

"Les solutions manquées, ce conflit qui perdure, sont un terreau pour la croissance de cette extrémisme. En Europe aussi, il y en a tant qui suivent ces rêves de créer une société utopique (...) parce que la tentative de réformer, de créer des Etats plus démocratiques, avec une liberté plus grande, a échoué", a estimé Mgr Zenari.

Le nonce a déploré que le drame syrien ait été occulté par la récente actualité tragique en Irak voisin: "La Syrie a disparu des radars de la communauté internationale, elle est tombée aux oubliettes" (...) même si "chaque jour il y a en moyenne 180 morts en Syrie" et que les jihadistes sont "à une quarantaine de km" d'Alep, la grande ville du nord du pays, a-t-il dénoncé.

Le conflit en Syrie a fait plus de 190.000 morts, a annoncé vendredi l'ONU qui a dénoncé l'incapacité de la communauté internationale à mettre fin à cette guerre.

jlv/ml

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.