Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Nucléaire: l'Iran refuse à l'AIEA une visite du site de Parchin (ministre)

L'Iran refuse une visite des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) au site militaire de Parchin, près de Téhéran, a déclaré samedi le ministre iranien de la Défense, le général Hossein Dehgan, cité par l'agence Isna.

"L'agence a mené plusieurs visites à Parchin, a pris des échantillons mais n'a rien trouvé d'illégal (...) Par conséquent, il n'y a aucune raison pour un nouvel accès à Parchin, car rien de nouveau ne s'y est produit depuis les dernières inspections" en 2005, a déclaré M. Dehgan.

L'AIEA a demandé à de nombreuses reprises une visite à Parchin, soupçonné d'avoir abrité des tests d'explosions conventionnelles susceptibles d'être appliquées au nucléaire, ce que Téhéran dément.

L'AIEA avait accusé, images satellitaires à l'appui, Téhéran d'avoir fait disparaître des traces compromettantes à Parchin.

En juin, le chef de l'AIEA Yukiya Amano a réclamé à nouveau que l'AIEA puisse accéder au site militaire de Parchin, à une trentaine de kilomètres de Téhéran.

M. Dehgan a affirmé que l'AIEA "prenait malheureusement ses informations des ennemis et des monafeghins (Moudjahidines du peuple, principal groupe d'opposition armé basé à l'étranger, ndlr) qui se sont toujours avérées fausses".

Il a également ajouté que l'Iran refusait de "livrer à l'AIEA des informations concernant ses savants travaillant dans l'industrie de la défense".

M. Amano a fait dimanche dernier une visite d'une journée à Téhéran, y rencontrant notamment le président Hassan Rohani.

L'Iran et l'AIEA ont conclu un accord en mai comprenant cinq mesures à prendre d'ici au 25 août, pour clarifier la nature des recherches réalisées par Téhéran dans le cadre de son programme nucléaire.

sgh-cyj/faa

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.