Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'Islande interdit le trafic aérien en raison de l'éruption d'un volcan

L'Islande a interdit samedi le trafic aérien dans le secteur du plus important volcan du pays, le Bardarbunga, en élevant le niveau d'alerte d'orange à rouge après avoir détecté une petite éruption, a annoncé le Service métérologique islandais (IMO).

Comme d'autres volcans islandais, le Bardarbunga, situé dans le sud-est de l'Islande, est couvert de glace. "Il y a une éruption en cours sous la couche de glace, probablement une petite éruption qui n'a pas pu faire fondre cette couverture", a déclaré Theodor Hervasson, directeur exécutif de la division des alertes et des prévisions à l'IMO.

Selon la police islandaise, il n'y avait pas vers 15h00 GMT de modification en surface sur la zone de l'éruption, où l'épaisseur de la couche de glace varie de 150 à 400 mètres.

"Pour le moment, l'éruption est considérée comme un événement mineur", a déclaré la direction de la police islandaise dans un communiqué. Cependant, "on ignore si l'éruption va rester sub-glaciaire ou non", a-t-elle souligné.

Le Bardarbunga, dont l'altitude dépasse 2.000 mètres, était entré en activité le samedi 16 août. Depuis, le niveau d'alerte était fixé à orange, ce qui signifie "activité élevée ou en hausse avec potentiel accru d'éruption", mais il n'y avait pas eu d'éruption jusqu'à ce samedi.

Lundi, les sismologues ont enregistré une secousse tellurique de magnitude 4,5 dans le secteur.

En début de semaine, près de 300 personnes ont été évacuées de la zone du volcan. La région ne compte aucun habitant permanent, mais elle accueille des touristes et des chasseurs.

Le Bardarbunga est situé sous le plus grand glacier d'Islande, le Vatnajökull.

En 2010, l'éruption d'un autre volcan islandais, l'Eyjafjallajökull, avait provoqué la plus grande fermeture d'espace aérien décrétée en Europe en temps de paix. Plus de 100.000 vols avaient été annulés sur un mois et plus de huit millions de passagers bloqués dans les aéroports.

Cette semaine, l'administration de l'aviation civile islandaise avait prévenu qu'en cas d'éruption du Bardarbunga, elle n'aurait pas d'autre choix que d'interdire le trafic aérien. "Si nous avons une autre grosse explosion comme celle de l'Eyjafjalljökull, nous ne pouvons rien faire d'autre que d'interrompre le trafic dans les zones dangereuses. C'est vraiment la seule chose que nous puissions faire", avait déclaré Fridthor Eydal, porte-parole de cette administration.

D'après des scientifiques, une éventuelle explosion du Bardarbunga serait assez puissante pour interrompre ou perturber le trafic aérien au-dessus du nord de l'Europe et de l'Atlantique nord, et les retombées causeraient des dégâts importants en Islande.

efw/txw/plh/jeb

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.