Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Libye: l'Assemblée sortante annonce son intention de reprendre ses activités (porte-parole)

L'Assemblée libyenne sortante, le Conseil général national (CGN), dominée par les islamistes, va reprendre ses activités en dépit de l'existence du Parlement qui l'a remplacée, a annoncé samedi soir son porte-parole.

"Le Conseil général national va se réunir en urgence à Tripoli pour sauvegarder la souveraineté du pays", a déclare ce porte-parole Omar Ahmidane sur une télévision locale.

Cette annonce intervient après que des islamistes ont indiqué retirer leur confiance au Parlement élu qui siège à Tobrouk (1.600 km à l'est de Tripoli), lui reprochant d'être complice de l'Egypte et des Emirats, deux pays qu'ils accusent d'avoir mené des raids aériens contre leurs combattants.

Le porte-parole a justifié la démarche du Conseil national par le fait que le Parlement élu n'a pas respecté la Constitution provisoire, qui l'oblige à siéger à Benghazi (1.000 km à l'est de Tripoli).

"Le Conseil général national a décidé de reprendre ses activités en réponse à l'appel du peuple et pour éviter au pays un vide politique", a encore argumenté le porte-parole.

Le Parlement a outrepassé ses prérogatives en appelant à une intervention étrangère en Libye, a-t-il ajouté.

Le Parlement, élu le 25 juin et où les islamistes n'ont pas la majorité, est contesté dans la rue par des manifestants islamistes, depuis qu'il a appelé le 13 août à une intervention étrangère pour protéger les civils en Libye.

Des miliciens islamistes l'ont en outre accusé samedi d'être complice, avec le gouvernement provisoire, de raids menés -- selon eux par l'Egypte et les Emirats arabes unis -- contre leurs forces engagées dans la bataille pour le contrôle de l'aéroport de Tripoli qu'ils affirment avoir pris aux miliciens nationalistes.

mh/emb

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.