Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les Etats-Unis prêts à "agir" contre l'EI en Syrie en cas de menace (presse)

Les Etats-Unis sont prêts à "agir" en cas de menace quelconque contre l'Amérique, selon la Maison Blanche, qui indique étudier sérieusement le lancement des frappes militaires contre les jihadistes de l'Etat islamistes (EI) en Syrie, a rapporté samedi le Wall Street Journal.

Mettant en garde contre les dangers de l'EI, le Pentagone considère que des opérations en Syrie pourraient être nécessaires, après que les frappes aériennes des dernières semaines ont freiné la progression du groupe militant sunnite en Irak et que l'Occident est sous le choc de l'exécution sommaire du journaliste américain James Foley.

Vendredi, la Maison Blanche avait également déclaré que des frappes aériennes en Syrie pourraient être nécessaires.

"Si nous voyons un complot contre des Américains, une menace pour les Etats-Unis provenant de n'importe où, nous sommes prêts à prendre des mesures contre cette menace", a déclaré conseiller adjoint à la sécurité nationale du président américain, Ben Rhodes, cité par le journal.

"Nous l'avons répété plusieurs fois: si vous vous en prenez à des Américains, nous irons vous chercher où que vous soyez, et c'est ce qui va guider notre planification dans les jours à venir".

Un responsable militaire américain a déclaré au même quotidien que la préparation de frappes contre des "objectifs très importants", comme des personnalités du mouvement, pourrait prendre entre "une heure à une semaine".

"S'il s'agit des camps d'entraînement, nous pourrions le faire très bientôt", a-t-il ajouté selon le journal.

Après avoir instauré un califat fin juin, l'EI a depuis ajouté une bande dans le nord de l'Irak au territoire qu'il détenait dans l'est de la Syrie.

Face à cette avancée, le président Barack Obama avait lancé une campagne de raids aériens pour aider les forces kurdes et irakienne à combattre les jihadistes dans le nord du pays. Mais si Washington devait lancer des frappes militaires en Syrie, cela signifierait une modification de son approche prudente du conflit syrien.

Le bilan de la guerre civile en Syrie, qui fait rage depuis plus de trois ans, a doublé en un an pour dépasser le seuil de 190.000 morts, selon l'ONU.

nss/fw/jh

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.