Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Burkina Faso : des dizaines de milliers d'opposants marchent près du palais présidentiel contre un potentiel référendum constitutionnel

Des dizaines de milliers de Burkinabè marchent samedi près du palais présidentiel à Ouagadougou pour s'opposer à un éventuel référendum constitutionnel, qui permettrait à Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 27 ans, de participer à l'élection de 2015, a constaté l'AFP.

Les organisateurs de la manifestation, dont le cortège s'étire sur plusieurs kilomètres, se sont félicités d'une "mobilisation record" qu'ils évaluent à "plus de 100.000 manifestants". L'AFP n'a pu obtenir l'estimation de la police.

La marche, qui a débuté vers 10H00 GMT et se poursuivait une heure plus tard, a notamment emprunté le boulevard France-Afrique, qui mène à la présidence, avant de prendre une tangente. La marche sera suivie d'un meeting, selon les organisateurs.

Les opposants au chef de l'Etat, rassemblés derrière leurs leaders politiques Zéphirin Diabré et Roch Marc Christian Kaboré, ont scandé des slogans tels que "Libérez Kossyam" (le palais présidentiel), "Non au référendum", "Assez de la dictature de Compaoré" ou encore "Pas besoin d'un homme fort au Burkina".

Pouvoir et opposition s'affrontent au sujet de cette consultation populaire, dont le but est de modifier l'article 37 de la constitution, qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels et empêche pour l'instant Blaise Compaoré, à la tête du pays depuis 1987, d'être candidat en novembre 2015.

Le président arrivé au pouvoir par un coup d'Etat, qui termine son deuxième quinquennat après avoir effectué deux septennats, avait évoqué la tenue d'un référendum en décembre. Mais aucune décision n'a pour l'instant formellement été prise en ce sens.

Opposition et pouvoir ont rempli le plus grand stade de Ouagadougou (35.000 places) fin mai et mi-juin afin de tour à tour refuser puis plébisciter une telle initiative.

str-jf/jmc

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.