NOUVELLES
22/08/2014 03:49 EDT | Actualisé 22/10/2014 05:12 EDT

Ukraine : les États-Unis exigent que la Russie retire «immédiatement» son convoi humanitaire

DMITRY SEREBRYAKOV via Getty Images
Lorries part of a Russian humanitarian convoy are parked not far from a checkpoint at the Ukrainian border some 30 km outside the town of Kamensk-Shakhtinsky in the Rostov region, on August 18, 2014. A tension between Moscow and Kiev simmering over Russia's decision to try and deliver what it claims to be a huge humanitarian aid convoy that the Ukrainian authorities fear may be used to smuggle in arms to the pro-Kremlin insurgents. AFP PHOTO / DMITRY SEREBRYAKOV (Photo credit should read DMITRY SEREBRYAKOV/AFP/Getty Images)

Les États-Unis ont exigé vendredi de la Russie qu'elle retire "immédiatement" le convoi humanitaire qui est arrivé dans le bastion prorusse de Lougansk en Ukraine, sous peine de nouvelles sanctions.

Selon Moscou, les camions sont chargés de 1 800 tonnes d'aide humanitaire destinée à la population civile de l'Est de l'Ukraine, mais Kiev n'a pas autorisé leur entrée sur son territoire et a parlé d'"invasion directe".

Les 300 camions sont tous arrivés vendredi soir dans le centre de Lougansk, leur destination, selon la télévision d'Etat russe.

L'envoi de ces camions "constitue une violation de la souveraineté de l'Ukraine par la Russie", a estimé Caitlin Hayden, la porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche.

"La Russie doit immédiatement retirer ses véhicules et son personnel du territoire ukrainien", a-t-elle ajouté, tout en menaçant Moscou de nouvelles sanctions internationales.

Et, a rappelé Mme Hayden, "la Russie maintient une force militaire considérable à la frontière ukrainienne, capable d'envahir l'Ukraine en très peu de temps".

Moscou, a-t-elle argué, "a tiré à plusieurs reprises en direction du territoire ukrainien et envoie de plus en plus d'équipement militaire et de combattants en Ukraine".

Le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, a réitéré que Washington estimait le nombre de soldats russes massés à la frontière à "plus de 10.000".

"La Russie ne peut pas envoyer des véhicules, des personnes ou du fret en Ukraine, que ce soit sous la forme d'un convoi humanitaire ou sous tout autre prétexte, sans la permission de Kiev", a-t-il encore indiqué, tout en admettant que le Pentagone n'avait pas "une vue complète" de ce que transportent les véhicules.

Le Conseil de sécurité de l'ONU tenait une réunion à huis clos depuis 19H00 GMT pour en discuter.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Chronologie de la crise en Ukraine Voyez les images