NOUVELLES
21/08/2014 02:14 EDT | Actualisé 21/08/2014 02:16 EDT

5 ans plus tard, où en est le rêve du Quartier des spectacles?

Le 7 septembre 2009, le Quartier des spectacles inaugurait sa première phase de construction : la place des Festivals. Cinq ans et 147 millions de dollars plus tard, retour sur un projet qui est loin d'être terminé.

Un reportage de Pasquale Harrison-Julien

1. La place des Festivals

Un stationnement. Une ruelle. Le visage de Montréal aux angles des rues Jeanne-Mance et Sainte-Catherine était loin d'être reluisant il y a moins de 10 ans. Après avoir décidé d'aller de l'avant avec le projet de Quartier des spectacles, c'est là que les travaux ont commencé.

Une place publique plus de 6000 mètres carrés est alors créée, ses rues adjacentes sont réaménagées.

« L'objectif de ce Quartier des spectacles là, c'était de faire disparaitre plein de stationnements à ciel ouvert qui étaient utilisés par les festivals. C'est gagnant-gagnant pour tout le monde », rappelle Alain Simard, fondateur du Festival international de Jazz.

« Ça a permis aux festivals de se développer encore plus et à Montréal d'avoir une image encore plus belle. » — Alain Simard, fondateur du Festival international de Jazz

Depuis l'inauguration de la place des festivals, d'autres réaménagements ont eu lieu : la promenade des artistes, le parterre et l'esplanade de la Place des Arts. De quoi créer un contexte immobilier favorable.

« Il y a un tiers d'augmentation de la population dans le quartier depuis cinq ans. Une augmentation du nombre de projets immobiliers et de projets commerciaux. II y a des restaurants qui n'étaient pas là, des retombées fiscales », explique Jacques Primeau, président du conseil d'administration du partenariat du Quartier des spectacles.

« C'est en bonne voie d'être vraiment plus qu'un bon investissement. » — Jacques Primeau, président du conseil d'administration du partenariat du Quartier des spectacles.

L'enveloppe de 147 millions $ a permis de défrayer les coûts d'aménagement des espaces publics, de la rue Sainte-Catherine et du mobilier urbain.

Cette réfection a favorisé l'arrivée de nouveaux résidents du quartier, comme le 2-22, la Maison du développement durable et la Maison symphonique ou encore l'Espace Danse Québec (en construction). Ces projets ont été payés par d'autres budgets publics et privés.

2. L'esplanade Clark, de stationnement à... rien du tout

Plusieurs projets sont toutefois loin d'être finis. Dans certains cas, la première pelletée de terre n'a même pas eu lieu.

L'esplanade Clark fait pâle figure à côté de ses nouveaux voisins, la Maison du développement durable, la Maison Symphonique et le Parterre. Les festivals utilisent cet espace quelques semaines par été. Le reste de l'année : rien.

La Ville de Montréal a bien racheté l'ancien stationnement du centre-ville, mais son avenir n'est toujours connu. Une patinoire et un stationnement sous-terrain pourraient s'y installer.

« Je suis à quelques semaines d'une décision finale sur l'esplanade Clark. On s'intéresse à toute la question du stationnement souterrain, on regarde au niveau de la contamination des sols », promet le maire Denis Coderre.

3. Le carré Saint-Laurent : démolir pour bâtir?

En 2011, Québec ordonne la démolition d'immeubles historiques sur la Main, entre le Monument-National et le Café Cléopâtre.

Depuis, un trou béant.

L'ancienne première ministre Pauline Marois avait pourtant donné le feu vert à la construction d'un projet immobilier piloté par la Société de développement Angus. Après son élection, le gouvernement de Philippe Couillard a retiré ses billes du projet.

« C'est une dette qu'on a envers Montréal de réparer cette situation. C'est pas la peine de blâmer le promoteur, il faut trouver une solution », martèle Dinu Bumbaru d'Héritage Montréal.

« Si on reste avec un échec, un trou pareil, ben là, pourquoi on a mis 120, 140 millions pour améliorer le domaine public? » — Dinu Bumbaru, Héritage Montréal.

Ce soir au Téléjournal Grand Montréal, quel avenir réserve-t-on au Quartier des spectacles? Le reportage de Pasquale Harrison-Julien.

4. Le Quartier latin devra prendre son mal en patience

Depuis le début, les travaux se sont concentrés sur le secteur Place des arts. Pourtant, dès le départ, le Quartier latin était inclus dans le projet de revitalisation. Un programme particulier d'urbanisme (PPU) a été soumis pour coordonner les travaux dans ce quartier. Mais le projet est encore en dormance.

Une longue attente pour les commerçants de la rue Saint-Denis qui ont vu une partie de la clientèle les déserter pour fréquenter les dizaines de commerces et restaurants qui ouvrent successivement depuis quelques années à quelques pas de la Place des festivals.

La Société de développement du Quartier latin espère qu'on donnera une suite à la deuxième phase.

Denis Coderre sera-t-il le maire qui finira le travail? Il répond sans hésiter : « On va être l'administration qui complète les choses ».

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 9 lieux montréalais qui changeront de visage Voyez les images