NOUVELLES
20/08/2014 10:08 EDT | Actualisé 20/10/2014 05:12 EDT

Vidéo morbide: YouTube bloque seulement sur demande des internautes

AOL

Alors que des extraits vidéo de la décapitation d'un journaliste par l'Etat islamique proliféraient sur le web, YouTube a expliqué mercredi avoir pour politique de ne bloquer que des vidéos signalées par les internautes, au cas par cas.

"La seule chose que la plateforme peut faire, c'est bloquer la vidéo si elle est signalée et qu'elle enfreint le règlement de la communauté", indique-t-on chez YouTube. Pour signaler une vidéo, l'utilisateur doit cliquer sur un drapeau en bas à droite de la fenêtre de lecture.

"Une fois qu'un internaute signale la vidéo, la vidéo va être revue par nos équipes dans le monde entier, qui travaillent 24h/24 sept jours sur sept, et la décision est appliquée rapidement", a-t-on également indiqué, sans précision sur le délai moyen de décision entre le signalement et le blocage effectif de la vidéo.

La plateforme a refusé de commenter précisément le cas de la vidéo de l'exécution du journaliste, alors que la requête "James Foley" sur YouTube indiquait mercredi après-midi plus de 67 000 résultats.

"Nous supprimons les vidéos présentant certains types de contenus comme ceux mettant en avant de la violence gratuite, des discours de haine et/ou d'incitation à commettre des actes violents, quand elles nous sont signalées par nos utilisateurs. Nous bloquons aussi les comptes enregistrés par des membres de groupes désignés comme organisations terroristes étrangères (Foreign Terrorist Organizations) et utilisés à titre officiel pour promouvoir leurs intérêts ", a détaillé un porte-parole de YouTube.

Par ailleurs, "s'il est considéré que cette vidéo a une valeur journalistique et documentaire, on va pouvoir mettre des interstitiels pour avertir que le contenu a des images choquantes, la vidéo peut être aussi être interdite à certaines tranches d'âge", a poursuivi cette source.

Dans une vidéo diffusée mardi sur internet, l'EI montre un homme s'exprimant en anglais avec un accent britannique, masqué et habillé de noir qui semble couper la gorge du journaliste James Foley, enlevé en novembre 2012 en Syrie.

Sur Twitter, de nombreux journalistes ont demandé aux utilisateurs de ne pas regarder l'insoutenable vidéo de l'exécution de James Foley, mais plutôt de partager des images du reporter sur le terrain, en action avec sa caméra.

La mère de James Foley a écrit sur la page Facebook consacrée à la libération de son fils:

«Nous n'avons jamais été aussi fiers de notre fils Jim. Il a donné sa vie en essayant de montrer au monde les souffrances du peuple syrien. Nous implorons les ravisseurs d'épargner la vie des autres otages. Comme Jim, ils sont innocents. Ils n'ont aucun pouvoir sur la politique du gouvernement américain en Irak, en Syrie ou ailleurs dans le monde. Nous remercions Jim pour toute la joie qu'il nous a donnée. Il était un fils, un frère, un journaliste et une personne extraordinaire.»

INOLTRE SU HUFFPOST