NOUVELLES
20/08/2014 12:16 EDT | Actualisé 20/10/2014 05:12 EDT

Ukraine : tirs d'artillerie dans le centre de Donetsk près du stade du Shakhtar (AFP)

Des obus sont tombés mercredi dans le centre de Donetsk, bastion des séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine près du fameux stade du Shakhtar Donetsk, causant d'importants dégâts matériels, a constaté un journaliste de l'AFP.

Vers 16H30, au moins dix explosions ont ébranlé le centre de cette ville symbole de la rébellion, quasiment entièrement encerclée par l'armée ukrainienne. Peu après, une dizaine de camions, de camionnettes et de voitures remplis de combattants séparatistes se sont dirigés à grande vitesse vers les lieux des explosions.

A Donetsk, les combats ne cessent de gagner en intensité et se rapprochent du centre depuis plusieurs jours. Une quarantaine de civils ont été tués dans la région de Donetsk ces dernières 24 heures, selon les autorités locales.

Si l'intensité des combats n'est pas celle qui semble régner à Lougansk, l'autre bastion rebelle de l'est de l'Ukraine, le centre-ville de Donetsk est secoué depuis plusieurs jours par de violentes explosions.

Mercredi soir, les obus sont tombés à moins d'un kilomètre du stade du Shakhtar Donetsk, dont l'équipe de football, de multiples fois championne d'Ukraine, a quitté les lieux pour jouer à Lviv (ouest) et Kiev en raison du conflit. Cette enceinte ultramoderne, qui avait été bâtie pour accueillir l'Euro-2012, est désormais vide.

Sur la rue Tcheliouskintsev, les appartements portent les stigmates des frappes, visiblement des tirs de mortier, ont vu des journalistes de l'AFP, tandis que de nombreux riverains étaient présents pour constater l'étendue des dégâts.

Alignées le long d'une ligne de tramway, les façades des immeubles de cinq étages sont éventrées, les vitres ont explosé, la devanture d'un magasin d'informatique est criblée d'éclats d'obus, des arbres sont coupés en deux.

Un photographe de l'AFP a vu un homme évacué dans une ambulance, le poignet gauche ensanglanté. Mais aucun témoignage recueilli sur place par l'AFP ne fait état de morts ou de blessés graves.

Difficile d'établir avec certitude d'où sont venus les tirs et ce qui était visé. Un témoin a affirmé à l'AFP qu'une de ses parentes l'avait informé que des séparatistes prorusses avaient peu auparavant tiré à partir du quartier de l'usine Topaz, au nord-ouest de la zone touchée. D'autres témoins affirment que les obus provenaient de zones contrôlées par l'armée ukrainienne.

L'usine Topaz, spécialisée dans le matériel électronique militaire, notamment dans les radars, ne fonctionne plus depuis plusieurs semaines. Ce quartier a été la cible d'un important bombardement dans la nuit du 10 au 11 août 2014.

ng/lap/neo/bds