NOUVELLES
20/08/2014 11:58 EDT | Actualisé 20/10/2014 05:12 EDT

RDC: prochaine audience le 25 août pour le député de l'opposition Ewanga (avocat)

Le député congolais de l'opposition Jean-Bertrand Ewanga, arrêté début août notamment pour offense au chef de l'Etat, comparaîtra lundi devant la Cour suprême de justice de Kinshasa, a déclaré à l'AFP un de ses avocats.

"Sa prochaine audience devant la Cour suprême de justice sera le lundi 25 août", a déclaré à l'AFP Me Jean-Baudouin Mayo, député de l'Union pour la nation congolaise (UNC), dont est membre son client, actuellement placé en résidence surveillée dans un hôtel.

Le procès de M. Ewanga avait été suspendu le 5 août, jour de son ouverture, après que la défense a soulevé une "exception d'inconstitutionnalité de la loi de flagrance" utilisée pour arrêter le député, secrétaire général de l'UNC, troisième parti d'opposition.

Lundi, a expliqué Me Mayo, la Cour suprême siégera comme Cour constitutionnelle et devra statuer sur l'exception d'anticonstitutionnalité.

"Si la Cour reconnaît que la loi est anticonstitutionnelle, les poursuites en flagrance tomberont automatiquement", a souligné l'avocat. Dans le cas contraire, M. Ewanga devra répondre des accusations d'"offense au chef de l'Etat", et "discrimination raciale ou tribale" - des infractions qu'il nie avoir commises.

Le 4 août, M. Ewanga avait été l'un des principaux orateurs d'un grand rassemblement de l'opposition hostile à toute modification de la Constitution qui permettrait au président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, de briguer un troisième mandat.

Le lendemain à l'aube, des policiers l'ont arrêté chez lui et il a plus tard été jugé en flagrance devant la Cour suprême. Après suspension du procès, il a été placé en "résidence surveillée" à la prison centrale de Makala, puis dans un hôtel de la capitale congolaise.

L'ONU et l'Union européenne ont fait part de leur inquiétude, alors que le climat politique est de plus en plus tendu à l'approche de la présidentielle de 2016.

hab/mbb/sd