NOUVELLES
20/08/2014 01:28 EDT | Actualisé 20/10/2014 05:12 EDT

L'épidémie d'Ebola a fait 1.350 morts (nouveau bilan OMS)

L'épidémie d'Ebola a fait 1.350 morts, a indiqué mercredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS), faisant état du décès de 106 malades supplémentaires en deux jours, les 17 et 18 août.

Lors de ces deux jours il y a eu 221 nouveaux cas (confirmés, probables ou suspects) ainsi que 106 décès signalés dans les quatre pays d'Afrique de l'Ouest touchés, selon ce nouveau bilan, arrêté en date du 18 août, fourni par l'OMS à Genève.

Au total, depuis le début de l'épidémie, l'OMS a comptabilisé 2.473 cas, dont 1.350 décès.

Le Liberia, placé sous couvre-feu depuis mercredi face à la progression inexorable de l'épidémie, a enregistré le plus grand nombre de nouveaux décès entre les 17 et 18 août, avec 95 morts et 126 nouveaux cas. Au total, il y a 972 cas au Liberia, dont 576 morts.

En Sierra Leone, il y a eu 9 morts et 59 nouveaux cas. Le bilan y est de 907 cas, dont 374 morts.

En Guinée, d'où l'épidémie est partie, il y a eu 2 nouveaux décès et 36 nouveaux cas. Le bilan dans ce pays est de 579 cas, dont 396 morts.

Au Nigeria, l'OMS indique n'avoir enregistré aucun nouveau cas. Le pays le plus peuplé d'Afrique enregistre au total 15 cas, dont 4 morts. Mardi soir le ministère de la Santé du Nigeria a, lui, annoncé un 5e mort.

Le 8 août, l'OMS a décrété une urgence de santé publique mondiale contre cette épidémie de fièvre hémorragique sans précédent, et recommandé des mesures d'exception dans les pays affectés.

Le coordinateur de l'ONU pour Ebola, le Dr David Nabarro, a annoncé mardi qu'il se rendrait cette semaine dans la région, avec notamment l'intention de mobiliser les 7.500 Casques bleus au Liberia dans la lutte contre la maladie.

"Une délégation de haut niveau de l'OMS se trouve actuellement dans les pays affectés, travaillant à adapter les plans de réponse (...). Des réunions sont prévus avec les leaders au Liberia et au Sierra Leone, où la transmission reste élevée", a indiqué mercredi l'OMS dans le communiqué.

apo/gg