NOUVELLES
20/08/2014 07:24 EDT | Actualisé 20/10/2014 05:12 EDT

Les affrontements reprennent de plus belle dans la bande de Gaza

GAZA, Territoire palestinien - Un chef militaire du Hamas a échappé à une présumé tentative d'assassinat ayant tué son épouse et son fils de deux ans, a dit le groupe palestinien, mercredi, alors que le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a prévenu que les raids à Gaza continueraient aussi longtemps que se poursuivront les tirs de roquettes des Palestiniens.

Ces propos profilent d'une nouvelle période de combats violents à la suite de l'effondrement des négociations de cessez-le-feu, mardi, au Caire, sous médiation égyptienne.

Dans un discours à la nation, M. Nétanyahou a laissé peu d'ouverture à un retour à la table de négociations, et a affirmé que la guerre de six semaines contre le Hamas dans la bande de Gaza avait infligé des dommages sans précédent au groupe militant islamiste.

«Nous sommes déterminés à poursuivre la campagne avec tous les moyens possibles et nécessaires, a dit M. Nétanyahou, son ministre de la Défense à ses côtés. Nous n'arrêterons pas avant d'avoir assuré une sécurité totale et une quiétude pour les résidants du sud et pour tous les citoyens d'Israël.»

Des militants palestiniens ont tiré des dizaines de roquettes et Israël a répliqué en multipliant les frappes aériennes, mercredi, après que des négociations de paix organisées par l'Égypte se soient effondrées la veille.

Une des frappes israéliennes a visé la résidence de Mohammed Deif, le mystérieux chef militaire du Hamas qui a déjà échappé à de multiples tentatives d'assassinat de la part d'Israël. On ne sait pas si Deif était sur place au moment de l'attaque, mais un porte-parole du Hamas a indiqué que sa femme et son fils ont été tués. Trois autres personnes ont aussi perdu la vie lors de la frappe, tard mardi.

Les combats ont repris mardi quand des militants palestiniens ont lancé des roquettes en direction de villes israéliennes quelques heures seulement avant l'expiration d'une trêve temporaire, ce qui a incité Israël à rappeler sa délégation du Caire et à lancer des frappes aériennes en représailles.

Au moins 18 Palestiniens ont été tués et 120 blessés au cours des dernières heures, selon un responsable palestinien de la santé.

L'armée israélienne dit avoir frappé une centaine de cibles à Gaza, ajoutant que les Palestiniens ont tiré au moins 140 roquettes depuis la fin de la trêve. Quelque 2000 réservistes qui avaient été renvoyés chez eux ont de nouveau été mobilisés mercredi, a indiqué l'armée.

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a exprimé mercredi ses «regrets profonds» face à l'effondrement de la trêve. Il a indiqué, par voie de communiqué, qu'il poursuit des «contacts bilatéraux» avec les deux camps dans le but de rétablir la paix et d'en arriver à un cessez-le-feu durable.