NOUVELLES
20/08/2014 06:41 EDT | Actualisé 20/10/2014 05:12 EDT

La Turquie promet au PKK de poursuivre les discussions de paix (médias)

Le chef des services de renseignement turcs (MIT) a rencontré dans sa prison le chef des rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) pour l'assurer de la volonté du gouvernement à continuer les discussions de paix, ont rapporté mercredi les médias.

L'entrevue entre le directeur du MIT Hakan Fidan et Abdullah Öcalan s'est déroulée vendredi dans l'île prison d'Imrali, en mer de Marmara (nord-ouest), où le chef historique du PKK purge depuis 1999 une peine de réclusion à perpétuité, a annoncé le vice-Premier ministre Besir Atalay cité par la presse.

Lors de cette réunion, "il a été redit à Öcalan que (le Premier ministre Recep Tayyip) Erdogan poursuivrait le processus (de paix) pendant son mandat de président", a précisé le quotidien Cumhuriyet.

A la tête du gouvernement depuis 2003, M. Erdogan, 60 ans, a été élu chef de l'Etat le 10 août pour un mandat de cinq ans. Il a promis d'y garder les rênes du pays en renforçant ses prérogatives de président face à celle du Premier ministre.

M. Atalay s'est déclaré mardi favorable à des négociations directes entre le gouvernement et l'état-major militaire du PKK, installé dans les monts Kandil dans le nord de l'Irak.

Les autorités turques tentent depuis plusieurs mois de relancer le processus de paix, actuellement au point mort, avec les rebelles du PKK pour mettre fin aux affrontements qui ont fait plus de 40.000 morts depuis 1984.

Les rebelles kurdes observent depuis mai 2013 un cessez-le-feu unilatéral mais ont suspendu le retrait de leurs combattants de Turquie, jugeant insuffisant les gestes des autorités turques en faveur de leur communauté, forte de 15 millions de membres.

Le gouvernement a voté une série de mesures en faveur des minorités, notamment le droit d'utiliser la langue kurde dans les écoles privées et devant les tribunaux.

M. Öcalan a estimé samedi que le conflit en cours depuis trente ans "touchait à sa fin".

Un manifestant kurde et un soldat ont été tués mardi dans le sud-est de la Turquie à l'occasion d'affrontements provoqués par la destruction d'une statue d'un chef du PKK.

fo-pa/fw