NOUVELLES
20/08/2014 07:01 EDT | Actualisé 20/10/2014 05:12 EDT

Ebola: La banlieue ouest de Monrovia bouclée par l'armée et la police

Les 75.000 habitants de West Point, dans la banlieue ouest de la capitale du Liberia, Monrovia, se sont réveillés mercredi encerclés par un cordon de militaires et de policiers lourdement armés, ont indiqué des témoins à l'AFP.

La présidente Ellen Johnson Sirleaf a décrété un couvre-feu nocturne dans tout le pays à partir de mercredi soir et la mise en quarantaine de West Point et de Dolo Town, dans la province de Margibi, au sud de la capitale, pour enrayer l'épidémie de virus Ebola.

La population de West Point a réagi par des jets de pierres et des cris de colère contre les autorités, selon des témoins.

"C'est inhumain, ce que fait cette dame. On ne peut pas nous enfermer subitement sans nous prévenir, comment nos enfants vont-ils manger?", a déclaré par téléphone à l'AFP un habitant, Patrick Wesseh.

Plusieurs habitants qui ont appelé dans la matinée les radios locales ont affirmé que les commerçants du quartier avaient doublé les prix des marchandises.

"Le sac de charbon qui était vendu à 350 LD (4,5 dollars) coûte ce matin 10 dollars. Le sac de 25 kg de riz est passé de 18 à 36 dollars", a indiqué l'un d'entre eux, Richard Kieh, sur Sky FM, une radio privée.

Des jeunes armés de gourdins et de couteaux avaient attaqué et pillé au cours du week-end un centre d'isolement pour patients d'Ebola dans le quartier de West Point.

Ils avaient provoqué la fuite de 17 malades, retrouvés depuis dans un hôpital, et emporté des draps et matelas souillés, provoquant le risque de nouvelles contaminations au Liberia, déjà le pays le plus durement touché par l'épidémie qui frappe quatre pays d'Afrique de l'Ouest.

"A compter de mercredi 20 août, il y aura un couvre-feu de 21H00 à 06H00 du matin (locales et GMT)", a annoncé Mme Sirleaf dans un discours radio-télévisé mardi soir.

Elle a aussi ordonné "la fermeture de tous les centres de loisirs, et la fermeture de tous les vidéo-clubs à partir de 18H00".

"Les quartiers de West Point à Monrovia et de Dolo Town à Margibi sont placés en quarantaine et sous surveillance sécuritaire. Cela signifie qu'il n'y aura pas de déplacement vers et hors de ces zones", a-t-elle précisé.

L'épidémie d'Ebola, la plus grave depuis l'apparition de cette fièvre hémorragique en 1976, a fait au moins 1.229 morts, selon le dernier bilan de l'OMS arrêté au 16 août, sur 2.240 cas (confirmés, suspects ou probables) : 466 au Liberia, 394 en Guinée, 365 en Sierra Leone et quatre au Nigeria.

Zd/sst/jlb