NOUVELLES
20/08/2014 09:20 EDT | Actualisé 20/10/2014 05:12 EDT

Des glissements de terrain font au moins 36 morts au Japon

TOKYO - Le bilan des glissements de terrain qui ont frappé mercredi la région de Hiroshima, au Japon, s'établit maintenant à 36 morts et sept disparus.

Des images présentées par le diffuseur public NHK montraient des secouristes suspendus à des câbles depuis des hélicoptères de la police pour retirer des victimes des débris. D'autres ont dû entrer prudemment par les fenêtres de maisons anéanties pour tenter de retrouver des survivants.

Des flancs de collines se sont effondrés ou ont glissé dans des secteurs résidentiels d'au moins cinq vallées en banlieue de cette ville de l'ouest du Japon, dans la foulée de pluies diluviennes.

La police de Hiroshima a confirmé mercredi soir que 36 personnes avaient été tuées et que sept autres manquaient à l'appel. Quinze personnes ont aussi été blessées, dont deux grièvement.

Les responsables ont prévenu que de nouvelles pluies pourraient provoquer d'autres glissements de terrain ou des inondations.

Les dirigeants ont reconnu que les glissements de terrain se sont produits si rapidement que le premier ordre d'évacuation n'a été lancé qu'une heure après la première coulée de boue.

«Nous avons mal évalué la situation. Il était trop tard», a admis le responsable des services d'urgence de Hiroshima, Kenzo Kanayama.

«C'est tellement regrettable, a de son côté lancé le maire la ville, Kazumi Matsui, selon l'agence de presse Kyodo. Nous allons déterminer ce qui a mal tourné et prendre les mesures nécessaires.»

Le premier ministre Shinzo Abe a dû interrompre ses vacances pour rentrer à Tokyo afin de mettre sur pied un groupe de travail d'urgence.

Les glissements de terrain sont une menace constante au Japon, un pays montagneux et surpeuplé où plusieurs résidences ont été érigées à flanc de montagne. Les pluies torrentielles qui sont tombées tôt mercredi matin ont apparemment provoqué des glissements de terrain dans des secteurs nouvellement développés.

La région de Hiroshima serait particulièrement vulnérable à de telles catastrophes, puisque la ville a été construite sur un sol à grande capacité de rétention d'eau.

Près de 1200 glissements de terrain par année ont touché le Japon au cours de la dernière décennie, comparativement à une moyenne de 770 par année pendant la période de dix ans précédente.