NOUVELLES
20/08/2014 06:24 EDT | Actualisé 20/10/2014 05:12 EDT

Berlin veut accélérer le développement de l'internet haut-débit

Le gouvernement allemand veut accélérer la numérisation de l'économie, notamment en développant l'accès à l'internet haut-débit dans le pays, selon un plan présenté mercredi et déjà critiqué pour son manque d'engagements concrets.

"L'Agenda numérique" du gouvernement d'Angela Merkel fixe entre autres l'objectif de relier 100% du territoire à l'internet haut-débit (50 mégabit par seconde) d'ici 2018, a précisé lors d'une conférence de presse le ministre des Transports et du Numérique Alexander Dobrindt. Le taux actuel est de 64%, a-t-il précisé, avec de grosses différences entre les villes, pratiquement intégralement reliées, et les régions rurales où la part descend à moins de 20%.

A cet effet Berlin prévoit de mettre aux enchères les fréquences libérées par la numérisation de la radio, pour permettre aux entreprises d'investir dans le haut-débit. Le gouvernement promet en outre de réinvestir l'essentiel des recettes de cette vente dans la numérisation - pour combler le trou entre les investissements nécessaires et ce que le secteur privé investira.

Les ministres impliqués - M. Dobrindt, son confrère à l'Economie Sigmar Gabriel et le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière - ont toutefois refusé de s'engager sur des ordres de grandeur. Les objectifs chiffrés doivent être définis avec les acteurs du secteur à l'automne.

Les estimations qui circulent dans la presse - au moins 20 milliards d'euros d'investissements nécessaires - supposent que "l'on atteigne tout au moyen de fibre optique", a expliqué M. Dobrindt, ce qui n'est pas forcément le cas.

L'Agenda numérique formule également un certain nombre d'objectifs, par exemple d'améliorer la sécurité et la confiance dans les nouvelles technologie, notamment pour les PME.

Globalement "il ne s'agit pas d'un gigantesque programme de subventions, mais de changements intelligents des règles", a estimé M. Gabriel.

La fédération de l'industrie BDI a salué "un pas dans la bonne direction". Mais "maintenant des mesures concrètes doivent suivre", a ajouté son directeur général Markus Kerber. A ce plan doivent succéder dans un deuxième temps "des mesures concrètes, des moyens et un calendrier pour la mise en oeuvre", a également plaidé la fédération Bitkom du secteur des nouvelles technologies.

mtr/fjb/fw