NOUVELLES
19/08/2014 07:58 EDT | Actualisé 19/10/2014 05:12 EDT

Une vidéo montrerait l'exécution d'un reporter américain par l'État islamique

WASHINGTON - Deux responsables américains ont dit croire que le journaliste James Foley est bel et bien l'homme exécuté par le groupe extrémiste État islamiste.

Une vidéo de militants du groupe extrémiste État islamique montrait supposément mardi l'exécution de Foley à titre de représailles pour les raids américains en Irak. La Maison-Blanche, sa famille et son employeur ont dit ne pas pouvoir déterminer l'authenticité de la vidéo.

Toutefois, la famille de M. Foley a confirmé la mort du journaliste sur le site Internet créé pour demander sa libération. Diane Foley, la mère de la victime, a déclaré que son fils «avait donné sa vie en tentant de montrer au monde les souffrances du peuple syrien».

Un des deux responsables, qui ont parlé sous le couvert de l'anonymat, n'étant pas autorisés à discuter de l'affaire aux médias, a indiqué que le président Barack Obama devrait faire une déclaration au courant de la journée de mercredi.

M. Foley, journaliste indépendant âgé de 40 ans, a été porté disparu il y a près de deux ans dans le nord de la Syrie, alors qu'il oeuvrait pour l'Agence France Presse (AFP) et le conglomérat de Boston GlobalPost. La voiture dans laquelle il se trouvait avait été stoppée par quatre militants dans une zone de combats dont les rebelles sunnites et les forces gouvernementales tentaient de prendre contrôle. Il n'a pas donné signe de vie depuis ce temps.

La porte-parole du conseil de sécurité nationale de la Maison-Blanche Caitlin Hayden a affirmé que l'administration avait vu la vidéo et que les responsables du renseignement tentaient le plus rapidement possible de déterminer s'il s'agit d'un document fiable.

Plusieurs hauts responsables américains bien au fait de la situation ont affirmé que l'État islamique avait menacé très récemment de tuer M. Foley pour venger les frappes aériennes menées au cours des deux dernières semaines contre des militants progressant sur le mont Sinjar, au barrage de Mossoul et dans la capitale kurde d'Erbil.

Ces secteurs sont situés dans le nord de l'Irak, qui est devenu un champ de bataille clé de l'État islamique, alors que les combattants feraient des allers et retours en Syrie.

L'État islamique, groupe dissocié d'Al-Qaïda, est brutal dans ses attaques contre toutes les personnes vues comme des hérétiques ou des infidèles. En cherchant à imposer son interprétation radicale de la loi islamique là où il asseoit son contrôle, le groupe a tué des soldats et des civils dans des exécutions horribles — fixant parfois la tête de leur victime sur des barres verticales.