NOUVELLES
19/08/2014 04:25 EDT | Actualisé 19/10/2014 05:12 EDT

Turquie: Davutoglu sera le prochain Premier ministre (président sortant)

Le président sortant turc, Abdullah Gül, a affirmé mardi soir que le chef de la diplomatie Ahmet Davutoglu succèdera au Premier ministre islamo-conservateur, Recep Tayyip Erdogan, élu président.

"A ce que je comprends, Ahmet Davutoglu sera le prochain chef de gouvernement", a-t-il dit à la presse, cité par les chaînes de télévision, lors d'une dernière réception au palais présidentiel.

"Nous devons tous l'aider à accomplir sa tâche, c'est moi qui l'avait convaincu à entrer en politique. Je vais le soutenir", a dit M. Gül.

Le nom de M. Davutoglu, député de Konya (centre) qui est ministre des Affaires étrangères depuis 2009 était mentionné de plus en plus fréquemment ces derniers jours dans les coulisses politiques de la capitale turque pour prendre la relève de M. Erdogan, élu lors d'un premier scrutin au suffrage universel le 10 août dernier.

M. Erdogan doit annoncer officiellement le nom de son successeur jeudi. Celui-ci sera d'abord élu lors d'un congrès extraordinaire président du parti au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur), convoqué pour le 27 août, puis formera un nouveau gouvernement après la prestation de serment du nouveau chef de l'Etat, le 28 août.

Abdullah Gül a en outre laissé entendre que pour l'heure il n'entendait pas retourner en politique active mais répété qu'"il est naturel de retourner à mon parti", l'AKP, dénonçant aussi un "manque de respect" à son égard de certains cadres de cette formation qui s'étaient clairement opposée à ce qu'il occupe une fonction dirigeante au sein du parti.

Cofondateur avec M. Erdogan de l'AKP, au pouvoir depuis 2002, M. Gül avait coupé tout lien avec sa formation après avoir été élu chef de l'Etat par le Parlement en 2007, comme l'exige la Constitution.

M. Erdogan, à la tête du gouvernement depuis 2003, a annoncé son intention de garder les rênes du pays en renforçant les pouvoirs du chef de l'Etat, à la faveur d'une réforme constitutionnelle.

BA/mr