NOUVELLES
19/08/2014 04:17 EDT | Actualisé 19/10/2014 05:12 EDT

Pakistan: l'armée appelle au "dialogue" pour résoudre la crise politique

La puissante armée pakistanaise a appelé mercredi au "dialogue" pour résoudre la crise entre le gouvernement du Premier ministre Nawaz Sharif et les opposants Imran Khan et Tahir ul-Qadri.

Des milliers de partisans des deux opposants pakistanais ont pénétré tôt mercredi dans la "zone rouge", siège du gouvernement dans le centre d'Islamabad, pour demander le départ du Premier ministre Nawaz Sharif.

Plus précisément, ils estiment que l'élection de M. Sharif à la tête d'un gouvernement majoritaire en mai 2013 a été entachée de fraudes massives bien que les observateurs aient jugé ce scrutin crédible malgré des irrégularités éparses.

"La situation nécessite de la patience, de la sagesse, et de la sagacité de la part de toutes les parties pour mettre un terme à l'impasse actuelle via un dialogue profond qui est dans l'intérêt de la nation", a déclaré le porte-parole de l'armée sur son compte Twitter officiel.

Depuis son indépendance en 1947, le Pakistan a connu trois coups d'Etat, et l'équilibre entre le pouvoir civil et la puissante armée y demeure encore fragile, et est source de conjectures constantes.

Selon certains observateurs, l'ex-star du cricket Imran Khan et le religieux Tahir ul-Qadri jouent le jeu de l'armée, ou du moins d'une partie des services de renseignement afin d'accroître la pression sur le pouvoir civil avec lequel elle a de nombreux différends incluant le sort réservé à Pervez Musharraf inculpé pour "haute trahison", une première dans l'histoire du pays pour un ex-général.

gl/gg