Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Varsovie compte sur une solidarité internationale face à l'embargo russe

La Pologne compte sur une solidarité internationale en réponse à l'embargo agroalimentaire russe, a indiqué vendredi le ministre polonais de l'Agriculture Marek Sawicki.

"La Russie ne peut pas décider de prendre du porc en Allemagne, des produits laitiers en France ou du boeuf en Espagne. Nous devrions réagir solidairement. Le marché russe n'est pas le nombril du monde", a déclaré le ministre dans une interview publiée par le journal Gazeta Wyborcza.

"Ce qui m'intéresse davantage c'est la solidarité européenne. Je ne peux pas imaginer que la Russie choisisse elle-même les produits dont elle a besoin ou qui ont un impact sur son taux d'inflation, pour y libéraliser ses restrictions", a souligné M. Sawicki.

Selon lui, "l'Europe ne peut pas approuver ce genre de chantage".

Le ministre a estimé que l'UE et les Etats-Unis sont en mesure de contourner la Russie et de vendre leurs produits sur des marchés tiers.

"Et si ce n'est pas vendre, (on peut) offrir ces aliments à ceux qui en ont besoin en Afrique ou en Asie", a ajouté le ministre polonais.

Moscou a rendu publique jeudi sa riposte aux nouvelles sanctions occidentales: embargo pendant un an sur les importations de nombreux produits agroalimentaires en provenance des États-Unis, de l'Union européenne, de l'Australie, du Canada et de la Norvège.

La Pologne, qui a exporté en 2013 vers la Russie des produits agroalimentaires pour environ 1,3 milliard d'euros, compte parmi les pays potentiellement les plus affectés par l'embargo russe.

sw/ml

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.