Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Survol de l'Irak: les compagnies aériennes, sauf les Américaines, décident seules

A part l'interdiction de survol de l'Irak décidée par le régulateur américain aux vols commerciaux américains, les compagnies aériennes restent libres de décider de l'attitude à adopter après les premières frappes américaines vendredi en Irak contre les jihadistes.

Ci-dessous, un point sur la situation.

- Position des autorités de régulation:

. L'Agence fédérale de l'aviation (FAA) a interdit vendredi aux avions commerciaux américains de survoler l'Irak. Cette interdiction vise "toutes les compagnies américaines et tous les opérateurs commerciaux".

Cette interdiction concerne surtout Delta --qui ne survolait semble-t-il déjà plus l'Irak-- et United Airlines, qui desservent des destinations dans le Golfe au départ des Etats-Unis.

. l'Agence européenne de sécurité aérienne (EASA) a invité les compagnies européennes la semaine dernière à "faire preuve de prudence" concernant le ciel irakien.

. Eurocontrol, gestionnaire de l'espace aérien européen, s'est contenté de publier sur son site internet vendredi l'injonction de la FAA aux compagnies américaines.

- Position des compagnies aériennes:

. British Airways a suspendu ses vols au-dessus de l'Irak vendredi.

. Turkish Airlines a interrompu vendredi ses vols à destination de la capitale du Kurdistan irakien Erbil.

. Lufthansa, premier groupe aérien européen, et ses filiales Austrian Airlines et Swiss ont arrêté du 1er au 3 août de survoler l'Irak ainsi que la desserte de l'aéroport d'Erbil.

Elle a annoncé vendredi l'arrêt jusqu'au lundi 11 août inclus de ses vols vers Erbil, desservi par ses compagnies depuis Francfort et Vienne.

. Etihad, compagnie d'Abou Dhabi, a suspendu jeudi jusqu'à nouvel ordre ses vols sur Erbil en raison de la détérioration des conditions de sécurité dans le nord de l'Irak.

. Emirates: la compagnie de Dubaï a annoncé le 28 juillet qu'elle allait éviter une semaine à dix jours après cette date de survoler l'Irak par crainte de missiles, après la destruction de l'avion de la Malaysia Airlines au-dessus de l'Ukraine.

. Air France et KLM ne survolent plus l'Irak depuis le 25 juillet. Auparavant, le non survol ne concernait que certaines zones du pays.

. Virgin Atlantic a entrepris d'éviter le ciel irakien depuis le 30 juillet.

Le 4 août, un responsable iranien cité par l'agence Fars a indiqué que les survols de l'Iran par les avions des compagnies internationales avaient augmenté de plus de 25% les jours précédents à cause de l'insécurité en Irak et dans la région.

bur-elm/gde

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.