Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Wall Street hésite après un rapport décevant sur l'emploi

Wall Street hésitait peu après l'ouverture vendredi, tentant de discerner l'impact d'un rapport sur l'emploi un peu décevant sur la politique monétaire américaine: le Dow Jones, qui avait enregistré la veille sa pire chute en six mois, cédait 0,17% et le Nasdaq gagnait 0,07%.

Vers 13H45 GMT, le Dow Jones reculait de 27,99 points, à 16.535,31 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, grappillait 3,22 points, à 4.372,99 points.

L'indice élargi S&P 500 abandonnait 0,02%, soit 0,35 point, à 1.930,32 points.

La Bourse de New York s'était nettement repliée jeudi, ployant sous des résultats d'entreprises en demi-teinte, le défaut de paiement argentin et les inquiétudes sur l'économie européenne: le Dow Jones avait perdu 1,88%, à 16.563,30 points, et le Nasdaq 2,09%, à 4.369,77 points.

Selon le toujours très attendu rapport mensuel sur l'emploi américain diffusé avant le début de la séance, les Etats-Unis ont continué de créer des emplois en juillet (209.000), mais à un rythme plus faible que ne le prévoyaient les analystes.

Le taux de chômage est de son côté légèrement remonté, à 6,2%.

Certains observateurs considéraient toutefois que ces chiffres un peu décevants auguraient d'une bonne nouvelle pour les marchés financiers puisqu'ils "tempèrent les craintes d'une remontée anticipée des taux d'intérêt" par la banque centrale américaine (Fed), a remarqué Patrick O'Hare de Briefing.com.

La politique monétaire ultra-accommodante menée par l'institution, avec des taux d'intérêt directeurs proches de zéro depuis 2008 pour inciter au crédit et stimuler la croissance, a en effet largement participé à la hausse des indices et à l'afflux d'argent dit facile sur le marché des actions notamment.

L'inflation sur un an aux États-Unis a par ailleurs ralenti légèrement en juin après trois mois de progression, s'élevant à 1,6% en juin, selon l'indice des prix associé aux dépenses de consommation (PCE).

Cette mesure de l'inflation très observée par la Fed reste ainsi encore sous l'objectif à moyen terme de la banque centrale qui est de 2%.

Le marché obligataire évoluait sur une note contrastée. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,538% contre 2,556% jeudi soir, tandis que celui à 30 ans progressait à 3,328% contre 3,311% la veille.

jum/lo/gde

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.