Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Pour redorer l'image de la ville la police a "effacé" 81.000 délits en quatre ans.

Pendant des années, la police d'Osaka a dissimulé des dizaines de milliers de délits dans l'espoir de redorer le blason de la ville, considérée comme l'une des plus dangereuses du Japon.

La police de cette ville de 2,7 millions d'habitants a admis ne pas avoir signalé et consigné plus de 81.000 délits entre 2008 et 2012.

Du coup, en escamotant des statistiques officielles près de 10% des délits et vols commis dans la ville et ses environs, la capitale Tokyo était apparue comme étant la ville avec le taux de criminalité le plus élevé du pays.

La plupart des délits glissés sous le tapis était des vols de voitures et de deux roues, mais aussi des agressions et même des meurtres, selon le quotidien Asahi Shimbun.

La direction de la police a nié avoir donné des instructions pour ne pas mentionner tous ces délits, et annoncé que près de cent officiers de police avaient été réprimandés

Des agents subalternes ont en revanche affirmé aux médias qu'ils subissaient une grosse pression d'un politicien local pour améliorer l'image de la ville.

hih/pb/jlh/ml

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.