Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'Ouzbékistan dément négocier avec les États-Unis l'ouverture d'une nouvelle base américaine

L'Ouzbékistan a démenti vendredi être en négociation avec Washington concernant l'ouverture d'une nouvelle base américaine sur son territoire, alors qu'un haut responsable du Pentagone est en visite à Tachkent.

"Les lois ouzbèkes n'autorisent pas de bases militaires étrangères sur son territoire", a indiqué dans un communiqué envoyé à l'AFP Adilbek Kaipberguenov, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Selon le site d'informations UzMetronom, Tachkent et Washington seraient en train de négocier l'ouverture d'une nouvelle base militaire à Termez, dans le sud du pays, près de la frontière avec l'Afghanistan.

Or la chambre haute du Parlement ouzbek a approuvé en août 2012 une loi interdisant d'accueillir des bases militaires étrangères sur le territoire de cette ancienne république soviétique.

L'ambassade américaine a toutefois reconnu qu'une réunion avait bien eu lieu entre le général Lloyd Austin et des responsables ouzbeks, au cours de laquelle ils "ont échangé leur vues sur des problématiques liées à la sécurité régionale".

Selon une chaîne de télévision locale, le président Islam Karimov aurait demandé au général quel rôle Washington espérait jouer en Asie centrale après le retrait complet des troupes américaines d'Afghanistan.

En 2005, l'Ouzbékistan avait fermé une base militaire des États-Unis utilisée pour le ravitaillement des troupes américaines stationnées en Afghanistan, après des critiques américaines qui avaient suivi la répression d'un soulèvement à Andijan (est).

Mais Tachkent permet néanmoins aux États-Unis d'utiliser son territoire pour livrer du matériel humanitaire et non-militaire à ses troupes en Afghanistan.

L'Allemagne possède par ailleurs un aéroport à Termez, qui n'a pas le statut de base militaire selon Tachkent et où sont stationnés quelque 300 militaires allemands.

msm-all/pop/ih

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.