Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'offensive israélienne meurtrière à Gaza

Rappel des dates-clés de l'opération déclenchée le 8 juillet par l'armée israélienne dans la bande de Gaza.

La guerre dévastatrice a tué 2.092 Palestiniens, dont des centaines d'enfants et d'adolescents. Côté israélien, 64 soldats ont été tués, dont cinq par des "tirs amis", ainsi que quatre civils.

--JUILLET 2014--

- 8: L'armée israélienne lance l'opération "Bordure protectrice" pour faire cesser les tirs de roquettes du mouvement islamiste palestinien Hamas. Raids aériens meurtriers. Le lendemain, des tirs de roquettes visent Tel-Aviv et Jérusalem.

- 13: Le président palestinien Mahmoud Abbas demande de placer la Palestine sous "protection internationale de l'ONU".

- 15: Une proposition égyptienne de trêve est acceptée par Israël mais rejetée par le Hamas, qui exige une levée du blocus de Gaza, l'ouverture de la frontière avec l'Egypte et la libération de dizaines de détenus.

- 17: L'armée israélienne lance une opération terrestre, la première depuis "Plomb durci" (2008-2009, 1.440 morts palestiniens), pour détruire les tunnels du Hamas.

- 20: Plus de 140 Palestiniens tués, dont au moins 74 à Chajaya, banlieue à l'est de la ville de Gaza. Côté israélien, 13 soldats tués.

- 23: L'ONU appelle à une enquête sur de possibles "crimes de guerre" israéliens à Gaza et dénonce les attaques aveugles du Hamas en Israël.

- 26: A la faveur d'une trêve humanitaire, de nombreux déplacés de Gaza retournent dans leur quartier, où ils découvrent un spectacle de dévastation. Quelque 150 corps sont retirés des décombres.

- 30: Nouveau bain de sang, avec près de 120 Palestiniens tués. Un marché à Chajaya et une école de l'ONU du camp de Jabaliya (nord) accueillant des déplacés sont touchés. Washington condamne l'attaque de l'école tout en confirmant avoir réapprovisionné Israël en munitions.

--AOUT--

- 1er: La première trêve acceptée à la fois par Israël et le Hamas vole en éclats au bout de deux heures avant un nouveau bain de sang.

L'armée israélienne va pilonner Rafah (sud), tuant des dizaines de Palestiniens, après la disparition d'un soldat, finalement déclaré mort.

- 3: Nouvelle frappe israélienne contre une école gérée par l'ONU accueillant des déplacés (3e école atteinte en dix jours). Ban Ki-moon parle d'un "acte criminel" et les Etats-Unis de "bombardement honteux".

- 4: L'armée israélienne a achevé sa mission de destruction de tunnels (porte-parole).

- 5: Un cessez-le-feu de 72 heures accepté par Israël et le Hamas entre en vigueur dans la bande de Gaza d'où l'armée israélienne a retiré la totalité de ses troupes, selon son porte-parole.

- 8: Les hostilités reprennent après l'échec de négociations indirectes entre Israéliens et Palestiniens au Caire.

- 14: A l'issue d'un cessez-le feu de 72 heures instauré le 11 août, une trêve entre en vigueur, après des tirs de roquettes sur Israël et des frappes aériennes dans la nuit.

- 19: Rupture d'une trêve de neuf jours et échec des négociations indirectes au Caire. Une frappe aérienne coûte la vie à la femme et à un fils du chef de la branche armée du Hamas, Mohammed Deif, toujours en vie selon son mouvement. Un autre enfant de Mohammed Deif sera retiré des décombres.

- 21: Israël tue dans un raid trois commandants de la branche armée du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, portant un coup sévère au mouvement. Au total, une trentaine de Palestiniens tués. Des dizaines de roquettes et d'obus tirés sur Israël.

- 22: Cinq Palestiniens sont tués, 76 depuis la rupture le 19 août du cessez-le-feu.

Un enfant israélien est tué dans le sud d'Israël par un obus tiré de la bande de Gaza. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prévient le Hamas qu'il "paiera cher cette attaque".

Dix-huit hommes accusés d'avoir "collaboré" avec Israël sont exécutés (TV Hamas).

acm/hj

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.