Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le Japon baptise des îlots en mer de Chine orientale près d'un archipel revendiqué par Pékin

Le Japon a attribué vendredi des noms à environ 160 îlots à la limite intérieure de ses eaux territoriales en mer de Chine orientale, dont certains près d'un archipel revendiqué par la Chine.

Cinq des îlots baptisés font partie de l'archipel des Senkaku contrôlé par Tokyo mais que la Chine revendique sous le nom de Diaoyu.

Les relations entre Pékin et Tokyo, les deux plus importantes puissances économiques asiatiques, sont exécrables depuis l'automne 2012 en raison de ce différend territorial, mais aussi de querelles liées à l'Histoire.

Les Senkaku/Diaoyu sont situées à 200 km au nord-est de Taïwan, qui les revendiquent également, et à 400 km à l'ouest d'Okinawa (sud du Japon).

Lorsque Tokyo a nationalisé trois de ces îles en septembre 2012, des manifestations antijaponaises parfois violentes se sont déroulées dans de nombreuses villes chinoises, et depuis lors Pékin envoie régulièrement des navires dans les parages. Le chassé-croisé des navires de garde-côtes des deux pays dans la zone fait craindre un éventuel incident armé.

En novembre dernier la Chine avait également annoncé la création d'une "zone aérienne d'identification" (ZAI) couvrant une grande partie de la mer de Chine orientale, entre la Corée du Sud et Taiwan, et qui englobe l'archipel des Senkaku.

hih/pb/jlh/ml

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.