Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le Forum des Iles du Pacifique refuse toujours d'intégrer la Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie

Le 45ème forum des Îles du Pacifique a de nouveau refusé d'intégrer la Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie parmi ses membres, leurs candidatures n'étant même pas mentionnées dans le communiqué final rendu public vendredi à Koror, capitale des Îles Palaos, en Micronésie.

Ces deux collectivités françaises d'outre-mer sont devenues membres associés du Forum en 2006, et souhaitent devenir membres à part entière.

Le Forum du Pacifique est constitué d'Etats indépendants et n'est pas favorable à l'intégration de collectivités non indépendantes, même si elles jouissent d'une large autonomie au sein de la République française.

De source diplomatique, on indique que le fait d'"accepter des territoires français reviendrait à accepter la présence de la France" dans cette organisation exclusivement constituée d'Etats insulaires.

Les démêlés judiciaires de Gaston Flosse n'ont pas non plus favorisé l'avancée de la candidature polynésienne. Le président de la Polynésie française n'est pas venu à Koror, au contraire de son homologue calédonienne,Cynthia Liégard, qui espérait une avancée significative de la candidature de Nouméa cette année.

Les Etats du Pacifique ont concentré leurs travaux sur le changement climatique et la protection de l'océan. Ils souhaitent notamment intensifier la lutte contre la pêche illégale dans leurs eaux, les ressources halieutiques étant en constante diminution.

Le prochain Forum des Îles du Pacifique aura lieu en Papouasie Nouvelle Guinée en 2015. La nouvelle secrétaire générale est d'ailleurs une diplomate papoue, Meg Taylor. Elle remplace Naroni Tuiloma Slade, qui était en poste depuis six ans.

ml/rh/ml

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.