Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Espagne: l'économie progresse "mieux que prévu" malgré les "difficultés" (Rajoy)

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a souligné vendredi que la reprise de l'économie était "plus rapide que prévu", même si les difficultés restent "nombreuses", en dressant le bilan annuel de l'action de son gouvernement.

"Nous allons dans la bonne direction, mais nous sommes conscients qu'il nous reste beaucoup à faire et que les difficultés à surmonter restent nombreuses", a déclaré le chef du gouvernement de droite, à l'issue du dernier Conseil des ministres avant les vacances.

Le gouvernement, a-t-il souligné, s'apprête à revoir à la rentrée ses prévisions de chômage et de croissance qui devraient s'améliorer.

Le ministre de l'Économie Luis de Guindos a fait savoir cette semaine que l'exécutif tablait à présent sur une croissance proche de 1,5% cette année et de 2% l'an prochain, alors qu'il visait jusqu'alors une progression de 1,2% puis de 1,8%.

"En aucun cas nous n'aurons une prévision qui dépassera les 1,5% pour cette année", a précisé Mariano Rajoy.

La croissance a encore gagné en force au deuxième trimestre, avec une progression du Produit intérieur brut (PIB) de 0,6% comparé au trimestre précédent.

L'Espagne "est une des économies d'Europe qui croît le plus", a fait valoir Mariano Rajoy. "Le moment est venu d'appuyer sur l'accélérateur de la croissance, d'avoir une activité économique plus forte et de créer plus d'emplois", a-t-il insisté.

Si le chômage a reflué au deuxième trimestre sous la barre symbolique des 25%, à 24,47%, il reste l'un des plus hauts du monde industrialisé et bien loin des niveaux d'avant-crise.

Pour y remédier, l'exécutif va lancer en octobre un plan qui comprendra "des actions en faveurs des chômeurs de plus de 45 ans et de longue durée", a rappelé Mariano Rajoy.

L'accélération de la croissance, la baisse du nombre de demandeurs d'emploi ou encore le redressement de la Bourse de Madrid "montrent l'ampleur du changement", a insisté le chef du gouvernement.

Le gouvernement a aussi approuvé lors de ce conseil des ministres une réforme fiscale qui permettra, selon Mariano Rajoy, "aux contribuables de payer neuf milliards d'euros d'impôts de moins au cours des deux prochaines années".

Pedro Sanchez, le nouveau secrétaire général du Parti socialiste espagnol (PSOE), principal parti d'opposition, a dénoncé l'optimisme du gouvernement. "S'il vous plaît, n'appelez pas reprise de l'économie ce qui est un appauvrissement de la classe moyenne", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

gr-laf/sg/ih

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.