Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Arrivée en France des Britanniques et Français évacués de Libye

La cinquantaine de Français, Britanniques et Tunisiens, évacués mercredi de Libye par l'armée française, sont arrivés vendredi matin au port militaire de Toulon (sud-est) et ont raconté l'aggravation de la situation sur place et leur évacuation nocturne par bateau.

Les 47 personnes, principalement des Français mais aussi des Britanniques et des Tunisiens, ont débarqués de la frégate Montcalm, et ont été pris en charge par une cellule d'accueil, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le personnel diplomatique français, dont l'ambassadeur de France, faisait partie du groupe, qui comptait aussi 14 enfants et adolescents.

Après leur prise en charge par la cellule d'accueil, certains ont raconté comment elles avaient été nuitamment regroupées dans un hôtel de Tripoli, sécurisé par des commandos de marine.

Ils ont ensuite été emmenés vers le port de la capitale, où ils pris place à bord d'embarcations légères pour rejoindre les frégates.

"La situation se dégrade, avec des pénuries d'essence, des enlèvements, des accrochages entre bandes rivales", a expliqué Mohamed Torchani, un professeur de droit évacué avec sa femme et ses trois enfants en bas âge. Avec le plus jeune dans les bras, il a raconté la difficile vie sur place. "Quand on sortait, on ne savait pas si on allait rentrer sain et sauf. Tout le monde est armé, le moindre incident verbal peut tourner mal".

Plusieurs autres pays européens, dont le Royaume-Uni, l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Italie, ont également enjoint à leurs ressortissants de quitter le pays. Les Etats-Unis, dont l'ambassade est située sur la route de l'aéroport, ont évacué leur personnel diplomatique samedi.

Et certains pays comme l'Italie ou Malte ont affrété des avions pour évacuer leurs ressortissants. Plusieurs expatriés travaillant pour des compagnies occidentales ont également été évacués par la route, via la Tunisie voisine.

Les combats entre milices rivales autour de l'aéroport, les plus violents en près de trois ans à Tripoli, ont fait 102 morts et 452 blessés depuis le 13 juillet, selon un dernier bilan officiel arrêté mercredi soir.

tlg/kat/ml

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.