Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Algérie: une "prière de l'absent" pour les victimes du crash au Mali

Une "prière de l'absent" a été effectuée vendredi dans toutes les mosquées d'Algérie pour permettre aux proches des victimes du crash de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé il y a une semaine dans le nord du Mali de faire leur deuil.

En l'absence des corps, et en accord avec les familles, les autorités religieuses ont convenu d'effectuer cette prière.

Le directeur de la police judiciaire algérienne, Abdelkader Kara Bouhadba, a affirmé jeudi que l'identification de l'ensemble des victimes du crash prendra "peut-être des années".

Les experts sont obligés de recourir à des analyses ADN pour pouvoir identifier les corps en raison notamment de l'état dans lequel ils se trouvent.

Il n'y a eu aucun survivant parmi les 118 personnes qui étaient à bord de l'avion, dont 54 Français, 23 Burkinabés, huit Libanais, six Algériens et six Espagnols. L'avion, un McDonnell Douglas MD-83, avait été affrété par Air Algérie auprès de la société espagnole SwiftAir.

Treize spécialistes de la police scientifique algérienne se sont rendus au lendemain du crash dans la zone de Gossi, à environ 150 km de Gao (nord-est du Mali), et travaillent avec des homologues français, maliens et espagnols.

Une équipe scientifique de l'Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC) relevant de la Gendarmerie algérienne les a rejoint jeudi pour participer à l'enquête.

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a finalisé jeudi avec ses homologues français Laurent Fabius et malien Abdoulaye Diop, un accord tripartite concernant l'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 et des débris de l'avion, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères cité par l'agence APS.

amb/emb

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.