Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Abdallah d'Arabie: le silence sur les "crimes" d'Israël est "inexcusable"

Le roi Abdallah d'Arabie saoudite a fustigé vendredi le silence "inexcusable" du monde sur les "crimes de guerre" commis selon lui par Israël à Gaza, dans un discours transmis par l'agence officielle SPA.

"Nous voyons répandre le sang de nos frères en Palestine dans des massacres collectifs, qui n'ont épargné personne, et dans des crimes de guerre contre l'humanité (...), qui ont lieu au vu et au su de la communauté internationale, restée indifférente aux événements de toute la région", a affirmé le roi.

"Ce silence est inexcusable" et accouchera "d'une génération qui rejettera la paix et ne croira qu'en la violence", a ajouté le souverain.

Cette déclaration intervient alors que la trêve de 72 heures décrétée entre Israël et le Hamas a volé en éclat en à peine quelques heures vendredi, chaque camp accusant l'autre de l'avoir rompu.

Un soldat israélien aurait été capturé et deux tués.

Et du côté palestinien, au moins 27 personnes ont été tuées par des tirs d'artillerie israéliens près de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, ont indiqué les secours locaux.

Le roi Abdallah a également réitéré son appel aux leaders musulmans à "remplir leur devoir envers dieu en s'élevant contre ceux qui essayent de kidnapper l'islam et de le présenter au monde comme une religion de haine, d'extrémisme et de terrorisme".

"C'est une honte et une disgrâce que ces terroristes tuent, mutilent (des cadavres) et publient fièrement (les photos) au nom de la religion", a-t-il encore dit, les qualifiant de "traitres". Ces propos semblent se référer aux jihadistes ultra-radicaux de l'Etat islamique (EI).

Ce groupe réputé pour ses exactions et qui a mis la main sur des zones du nord de la Syrie a lancé début juin une offensive en Irak, où il s'est emparé de vastes pans du territoire. Il a ensuite déclaré l'établissement d'un califat sur une zone à cheval entre les deux pays.

Mi-juin, des combattants de l'EI avaient publié des photos sur internet sur lesquelles on pouvait voir des dizaines de cadavres, qu'ils affirment être des soldats qu'ils ont exécutés.

bur-lyn/cbo/hj

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.