Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Une infirmière philippine enlevée et violée en Libye

Une infirmière philippine a été violée par un groupe armé qui l'avait enlevé durant quelques heures mercredi à Tripoli, a-t-on appris de sources médicales et des services de sécurité.

Le ministère libyen de la Santé a indiqué dans un communiqué que cet incident devrait pousser les autorités philippines à accélérer l'évacuation de leurs ressortissants, dont 3.000 médecins et infirmiers, alors que la Libye est plongée dans le chaos.

Selon un porte-parole du ministère, le personnel médical philippin a quitté les hôpitaux de Tripoli après cet incident, en attendant leur évacuation.

Il ne reste plus que le personnel médical libyen, aux effectifs limités, a ajouté ce porte-parole, précisant que l'infirmière avait été enlevée tôt le matin par des inconnus armés alors qu'elle était en route vers son travail.

Il a indiqué qu'elle avait été libérée quelques heures plus tard après avoir subi une "agression", sans plus de détails.

Une source des services de sécurité a précisé que la victime avait été violée par ses ravisseurs.

Les Philippines avaient appelé le 20 juillet leurs ressortissants -- estimés à 13.000 -- à quitter la Libye, les exhortant à contacter leur ambassade en prévision d'une "évacuation de masse".

Plusieurs autres Etats étrangers, notamment occidentaux, ont évacué leurs ressortissants ou personnel diplomatique. Ces dernières 24 heures, une cinquantaine de Français et de Britanniques ont été évacués par bateau.

ila/cbo

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.