Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Tunisie: démission du chef d'état-major de l'armée de terre

Le chef d'état-major de l'armée de terre tunisienne a démissionné pour "raisons personnelles", a indiqué mercredi le ministère de la Défense, une annonce qui intervient après plusieurs attaques meurtrières contre des militaires attribuées à des groupes jihadistes.

Le général Mohamed Salah Hamdi "a présenté sa démission le 23 juillet 2014 pour des raisons personnelles", a annoncé le chargé de communication du ministère Rachid Bouhoula à la radio privée Shems FM, sans plus de précisions.

L'adjoint du général assurera l'intérim jusqu'à la désignation d'un nouveau chef d'état-major de l'armée de terre, a précisé M. Bouhoula.

M. Hamdi a présenté sa démission une semaine après une attaque attribuée par les autorités à des "terroristes" au cours de laquelle 15 soldats ont été tués sur le mont Chaambi (centre-ouest), frontalier de l'Algérie, le pire assaut de l'histoire de l'armée tunisienne.

L'armée a promis "une guerre ouverte (...) contre ce fléau" et les dirigeants du pays se sont engagés à "vaincre le terrorisme".

Mais deux soldats ont de nouveau été tués samedi dans un échange de tirs avec "un groupe terroriste" dans le nord-ouest du pays.

La Tunisie est confrontée depuis la révolution qui a renversé le président Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011 à un essor de la mouvance jihadiste. Une cinquantaine de militaires, policiers et gendarmes ont été tués dans des attaques impliquant des groupes armés depuis 2011.

Malgré des bombardements à répétition à Chaambi, déclaré "zone militaire fermée", le groupe qui a miné le massif montagneux pour ralentir l'avancée des troupes n'a pas été neutralisé.

Tout en défendant leur action, les autorités reconnaissent que la lutte antiterroriste sera difficile et va "prendre du temps".

ms-iba/alf/cbo

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.