Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Rio Tinto vend ses mines de charbon au Mozambique

Le géant minier anglo-australien Rio Tinto a annoncé mercredi la vente à un groupement indien, pour 50 millions de dollars, de ses gisements de charbon au Mozambique qu'il avait fortement dépréciés l'an dernier.

Le groupe anglo-australien avait provisionné en janvier 2013 trois milliards de dollars pour la dépréciation de ses actifs mozambicains, mettant en avant une baisse des estimations de la quantité de charbon à coke contenue dans ses mines de Tete (nord-ouest) et les difficultés d'acheminement du charbon jusqu'aux ports de l'océan Indien d'où il doit être exporté.

Le charbon devait être transporté par barge sur le Zambèze mais le gouvernement mozambicain n'a pas donné son accord pour des raisons environnementales. La capacité des liaisons ferroviaires est parallèlement très limitée, alors que les routes sont quasi inexistantes.

Le groupe anglo-australien avait en outre évacué les familles de ses employés étrangers fin 2013 après des enlèvements à Maputo, et sur fond d'affrontements sporadiques entre les forces gouvernementales et la rébellion de la Renamo, qui ont menacé la voie ferrée.

Les mines mozambicaines étaient tombées dans l'escarcelle de Rio Tinto lors du rachat du producteur australien de charbon Riversdale pour près de 4 milliards en 2011.

La vente devrait être finalisée au 3e trimestre, une fois obtenu le feu vert des autorités de la concurrence, a précisé Rio Tinto dans un communiqué.

L'acheteur est le groupement indien International Coal Ventures Private Limited (ICVL).

liu/ms

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.