Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Nick De Santis perd son poste de directeur sportif de l'Impact de Montréal

MONTRÉAL - Nick De Santis a fait une promesse à Joey Saputo avant le début de la présente saison, après avoir effectué un minimum de changements chez l'Impact durant la saison morte: si les résultats ne sont pas au rendez-vous, il en serait redevable.

Alors que l'équipe traîne au dernier rang de l'Association Est avec une fiche de 3-12-5 et connaît la pire léthargie de son histoire en MLS — cinq revers de suite —, De Santis a été relevé de ses fonctions en tant que directeur sportif, a annoncé le président de l'Impact, mercredi.

«Certaines décisions ont été prises et Nick m'a dit au début de la saison: 'Tu m'évalueras selon les performances de l'équipe et je prendrai mes responsabilités'», a indiqué Saputo, après avoir affirmé que la décision de ne pas amener des renforts d'importance au sein du club, l'hiver dernier, était «calculée».

Saputo a révélé que plusieurs opportunités de faire des embauches se sont présentées cet hiver sans que De Santis ne réagisse, pour «certaines raisons» que le président n'a pas détaillé.

Finalement, la seule acquisition notable pendant la saison morte a été le défenseur Heath Pearce, même si des joueurs de premier plan tels qu'Alessandro Nesta et Davy Arnaud avaient quitté. L'équipe a ensuite connu les pires moments de son histoire en MLS, après un long déclin amorcé en juillet 2013.

«Quand tu travailles avec quelqu'un pendant 20 ans, que tu vois sa détermination et l'amour qu'il a pour cette organisation, que tu vois que les décisions qui sont prises le sont avec les meilleures intentions, mais qu'elles ne fonctionnent pas... La décision a été difficile à prendre mais comme les résultats font foi de tout, il en a payé le prix», a résumé Saputo.

Selon le président, après que le club eut embauché trois entraîneurs en trois ans, le temps était venu de regarder du côté de De Santis pour trouver un responsable des déboires de l'équipe.

De Santis sera muté à un poste administratif, dont les détails seront précisés plus tard. Il n'aura plus d'influence sur le secteur technique.

Frank Klopas, qui s'était vu confier les rôles d'entraîneur-chef et de directeur du personnel lors de son embauche en décembre dernier, a quant à lui été confirmé dans ces deux fonctions jusqu'à la conclusion de son contrat actuel, soit jusqu'à la fin de la saison 2015. Il sera désormais le seul maître à bord en ce qui concerne l'évaluation et le recrutement des joueurs, prenant ainsi la relève de De Santis à ce titre.

Saputo a jugé que Klopas méritait un vote de confiance.

«Je n'ai jamais vu un entraîneur, et les joueurs l'ont observé aussi, qui met autant d'heures, avec ses adjoints, pour préparer l'équipe. Il a déjà été entraîneur, directeur sportif et directeur gérant (dans la MLS), il connaît la ligue et il a connu un certain succès, alors je ne vois aucune raison de changer. Je veux lui donner l'opportunité de bâtir le club qu'il désire bâtir.»

Même si le club préparait depuis quelque temps une restructuration de son organigramme qu'on vise de mettre en place l'hiver prochain, Saputo a estimé que le moment était bien choisi d'annoncer la mutation de De Santis. On voulait ainsi lancer un message clair à l'intention des joueurs: Klopas est le seul maître à bord et la saison 2014 n'est pas terminée.

«Le plan, c'était de faire des changements à la fin de la saison, a indiqué Saputo. Mais on l'a fait maintenant parce qu'on voulait voir comment les joueurs allaient réagir, et je voulais que Frank ait déjà la liberté de faire les changements qui s'imposent selon lui, afin de tout mettre en place pour une bonne fin de saison 2014, un bon parcours en Ligue des Champions et un bon début de saison 2015.»

Saputo a révélé qu'il avait déjà demandé à De Santis, il y a un peu moins d'un mois, de laisser plus de place à Klopas dans le choix des joueurs à embaucher pour colmater les brèches.

«En raison de la nouvelle structure vers laquelle on se dirige, il était important que (De Santis) commence à prendre plus de responsabilités dans les autres fonctions que j'ai en tête, et d'en prendre moins au niveau technique.

«Nick a des valeurs, il a le club à coeur, a ajouté Saputo. Je pense qu'il peut être très utile à l'équipe dans un rôle différent. Et quand je serai prêt à annoncer la nouvelle structure, je crois que les gens vont réaliser que (le nouveau rôle de De Santis) fait du sens.»

Âgé de 46 ans, De Santis a connu du succès avec l'Impact en tant que joueur (1993-1998 et 200-2003), entraîneur (2004-2008) et même comme directeur technique (2008-2011) en deuxième division. Il a remporté un championnat de ligue dans chacun de ces trois rôles, mais sa carrière a surtout été marquée par des opportunités manquées de faire mieux encore.

Le portrait est devenu franchement moins rose depuis l'entrée en MLS en 2012, qu'il a connue en tant que directeur sportif, et dont il était l'ultime responsable. Ce sont les entraîneurs, soit Jesse Marsch (2012) et Marco Schällibaum (2013), qui en avaient payé le prix jusqu'ici.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.