Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La croissance américaine rebondit au 2e trimestre, de quoi rassurer la Fed

L'économie américaine a rebondi beaucoup plus vigoureusement que prévu au deuxième trimestre, grâce à un mélange vertueux d'investissements, de consommation des ménages et d'exportations.

Une bonne nouvelle pour les responsables de la banque centrale américaine, qui bouclent mercredi deux jours de réunion à Washington afin de fixer le cap de leur politique monétaire.

Le Produit intérieur brut a grimpé de 4% en rythme annualisé sur la période d'avril à juin, selon les chiffres officiels révélés mercredi. Qui plus est le ministère du Commerce a aussi calculé que l'hiver rigoureux avait eu un effet moins désastreux sur l'économie qu'initialement prévu. Le PIB a reculé de seulement 2,1% au lieu de -2,9% au 1er trimestre.

Cette reprise en flèche de l'activité traduit "un retour des investissements dans les stocks, un rebond des exportations, une accélération des dépenses de consommation et un revirement des dépenses des Etats et collectivités locales", a commenté le ministère du Commerce.

Cela devrait conforter la Fed dans l'idée que l'économie du pays peut aisément supporter le retrait total de son soutien monétaire, prévu en octobre.

A 18H00 GMT mercredi, le Comité de politique monétaire (FOMC) publiera un communiqué où il devrait laisser les taux directeurs inchangés, proches de zéro comme ils le sont depuis fin 2008.

Les analystes s'attendent en outre à la poursuite d'une modeste diminution de 10 milliards de dollars des achats d'actifs, comme la Fed le fait à chaque réunion depuis le début de l'année. Ces achats de bons du Trésor et de titres hypothécaires, destinés à soutenir l'économie, devraient ainsi se conclure en octobre.

Ils se montaient à 85 milliards de dollars par mois l'année dernière. Ils devraient ainsi descendre à 25 milliards de dollars.

"La Fed est en mode de pilotage automatique pour l'instant", selon Carsten Fritsch, pour Commerzbank Research, mais "toute phrase de commentaire surprise dans le communiqué" sur la conjoncture pourrait faire vivement réagir les marchés.

"On n'attend guère de nouvelles à l'issue de la réunion du FOMC mais cela pèse toujours sur les marchés", ajoutait l'économiste indépendant Joel Naroff.

La Fed pourrait toutefois être attentive au progrès de l'inflation révélés par les statistiques de mercredi. Selon l'indice PCE associé aux dépenses de consommation au 2e trimestre, l'inflation a atteint 2,3% contre 1,4% au 1er trimestre.

Selon l'économiste Paul Ashworth de Capital Economics, le bon chiffre du PIB pourrait "persuader la Fed de commencer à relever les taux en mars". Jusqu'ici les analystes tablent sur une première hausse des taux après la fin du stimulus exceptionnel vers avril 2015.

Pour Chris Williamson de Markit, le fort rythme d'expansion du 2e trimestre "devrait montrer un peu de modération" pour le reste de l'année ce qui devrait conduire la Fed "à continuer à réduire ses achats d'actifs sans envisager de relèvement des taux avant la mi-2015".

Mais la Fed aura surtout ses yeux rivés sur les chiffres de l'emploi qui seront publiés vendredi pour le mois de juillet.

Les analystes s'attendent à ce que le taux de chômage se maintienne à 6,1% après l'embellie du marché du travail en juin. Ils prévoient 220.000 créations d'emplois.

A la surprise des marchés, le taux de chômage aux Etats-Unis s'était replié de 0,2 point en juin par rapport à mai pour s'établir à son plus bas niveau depuis près de six ans, grâce à de fortes créations d'emplois (288.000).

Toutefois, selon l'indicateur avancé de la société de services informatiques ADP publié mercredi et qui ne se focalise que sur les créations d'emplois dans le secteur privé, celles-ci ont été décevantes en juillet à 218.000 contre 281.000 en juin.

La Maison Blanche a salué "la croissance forte". "Mais pour faire mieux encore, le Président fait pression pour que les investissements aillent vers les infrastructures, la production d'énergie et l'industrie manufacturière américaines", a indiqué l'économiste de la Maison Blanche, Jason Furman.

Barack Obama doit s'exprimer sur le sujet à Kansas City (centre) mercredi dans la journée.

vmt/vog

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.