Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Gaza : des consultations menées par la Suisse pour une conférence

La Suisse est en train de mener des consultations informelles à la demande du président palestinien Mahmoud Abbas pour la tenue d'une conférence avant la fin de l'année sur la protection des civils dans les Territoires occupés.

Selon un communiqué publié mercredi par le Département fédéral des Affaires Etrangères, Didier Burkhalter, chef de la diplomatie suisse, a répondu le 25 juillet à la lettre envoyée le 9 juillet par le président Abbas, demandant "aux Etats parties aux Conventions de Genève", des textes fondamentaux du droit humanitaires, "à se réunir en conférence avant la fin de l'année".

M. Abbas s'est adressé à la Suisse, en tant qu'Etat dépositaire des Conventions de Genève, pour organiser une telle conférence.

"Des consultations informelles, portant sur le principe d'une telle conférence, sont actuellement menées par la Suisse", indique le communiqué, en précisant que la condition pour qu'elle ait lieu est "un large consensus des Etats-parties".

Les Conventions de Genève ont pour objectif de protéger les personnes ne participant pas aux opérations armées lors de situations de conflits.

Selon les Palestiniens, la 4e Convention de Genève qui vise à protéger "les personnes civiles en temps de guerre" est violée par les agissements d'Israël.

La Palestine est devenue membre des 4 Conventions de Genève et au 1er protocole additionnel tout récemment, le 2 avril dernier.

Grâce à son statut d'Etat observateur obtenu en novembre 2012 à l'ONU, la Palestine a la possibilité de demander l'accès à diverses conventions et organisations internationales.

Les Palestiniens sont attachés en particulier à la 4e Convention sur la protection des civils, qui définit les devoirs de la puissance "occupante".

Cette Convention, qui a vu le jour 12 août 1949, est souvent citée par l'Autorité palestinienne en raison de son applicabilité aux Territoires palestiniens comme "territoires occupés" et à la colonisation juive.

Par ailleurs, la Suisse a répété mercredi qu'il était urgent "que les belligérants mettent en oeuvre un véritable cessez-le-feu", condition indispensable "pour protéger les populations civiles et assister les nombreuses victimes de Gaza".

mnb/jwf/bir

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.