Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Banco Espirito Santo: la Banque du Portugal met en cause les anciens dirigeants

La banque du Portugal a mis en cause jeudi la gestion de Banco Espirito Santo (BES) par l'ancienne équipe dirigeante, soupçonnée de pratiques illégales ayant contribué à alourdir la perte nette semestrielle à hauteur d'1,5 milliard d'euros.

Ces pratiques, détectées par un audit externe en juillet, laissent entrevoir "une gestion gravement préjudiciable aux intérêts de BES" et "un non-respect des recommandations de la Banque du Portugal", indique l'institution dans un communiqué.

"L'audit légal commandé par la Banque du Portugal permettra de déterminer les responsabilités individuelles", y compris celles de l'ancien PDG Ricardo Salgado et de son directeur financier Amilcar Morais Pires, susceptibles de poursuites.

A cette perte jusqu'ici inexpliquée d'1,5 milliard d'euros s'ajoute une provision de 2 milliards d'euros que la Banque du Portugal avait réclamée pour couvrir l'exposition de BES à la dette du groupe Espirito Santo.

BES a annoncé mercredi avoir essuyé une perte historique de 3,57 milliards d'euros au premier semestre, dont 3,48 milliards d'euros pour le seul deuxième trimestre.

La banque a vu son ratio de fonds propres descendre à 5%, contre 9,8% fin mars, en dessous du minimum de 7% requis par la Banque du Portugal.

Le superviseur bancaire a en outre décidé de suspendre les droits de vote de la famille Espirito Santo dans la banque, dont elle détient 20,1% à travers une cascade de holdings.

La Banque du Portugal, qui avait indiqué lundi que des investisseurs étaient prêts à "assumer une position de référence" dans la banque Espirito Santo, a réitéré sa préférence pour une solution privée.

Dans le même temps, "la solidité de la banque est sauvegardée" grâce à l'enveloppe de 12 milliards d'euros allouée dans le cadre du plan de sauvetage international du pays dont il reste 6,4 milliards d'euros.

bh-ode/bap

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.