Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Automobile: PSA commence à redresser sa situation au terme d'un semestre lourd de changements

Le constructeur français PSA Peugeot Citroën, qui a connu ces six derniers mois d'importants bouleversements avec l'ouverture de son capital au chinois Dongfeng et l'arrivée d'un nouveau patron, a entamé le redressement de sa situation financière au premier semestre.

PSA, qui n'est plus une entreprise familiale depuis le début de l'année, a réduit sa perte nette, la faisant passer de 471 à 114 millions d'euros, tandis que le résultat opérationnel courant redevient positif, pour la première fois depuis 2010, à 477 millions d'euros, après une perte de 100 millions à la même période de l'an passé.

Le chiffre d'affaires du groupe est néanmoins en très léger recul (-0,45%), à 27,6 milliards d'euros, en raison notamment d'un effet de change négatif. Celui de la division automobile est stable, à 18,6 milliards d'euros.

Le flux de trésorerie opérationnel ("free cash flow"), indicateur très suivi dans l'automobile, est de 1,7 milliard d'euros. Il était de 203 millions d'euros un an plus tôt.

"Nous pouvons annoncer le redressement très fort du groupe", s'est réjoui le directeur financier du groupe, Jean-Baptiste de Chatillon, lors d'une conférence téléphonique mercredi matin.

Il a précisé que ce redressement "vient bien de la division auto", qui affiche un résultat opérationnel de 7 millions d'euros, contre une perte de 538 millions d'euros au premier semestre 2013.

A l'international, le groupe poursuit sa croissance en Chine, un pays sur lequel PSA mise tout particulièrement pour se redresser. Le groupe précise qu'il "réduit ses pertes en Amérique latine et en Russie".

Le nouveau patron du groupe, Carlos Tavares, ex-numéro deux de Renault, avait dévoilé en avril le plan stratégique "Back in the race" ("Retour dans la course") qui doit permettre à PSA de retrouver une situation financière profitable.

Ainsi, une troisième marque a vu le jour, DS, qui occupe le segment premium, tandis que Peugeot et Citroën sont repositionnées. Le nombre de modèles doit être réduit.

PSA maintient ses prévisions pour 2014, excepté en Russie, où le marché automobile devrait être en baisse de 10% en 2014, au lieu d'une baisse de 5% précédemment anticipée. Il prévoit en revanche une croissance du marché en Europe de l'ordre de 3%, de 10% en Chine, mais en repli d'environ 7% en Amérique Latine.

"Pas à pas, on améliore la culture profit de notre groupe, ce qui est très important pour l'avenir", a indiqué Carlos Tavares mercredi.

"Nous réduisons nos coûts fixes", a-t-il ajouté. Par ailleurs, il a souligné que le taux d'utilisation des usines du groupe en Europe est passé de 78% en 2009, à 84% pour le premier semestre 2014.

jul/cb/alc/ros

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.