Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Aide en Syrie: l'ONU espère d'autres convois transfrontaliers bientôt

La patronne des opérations humanitaires de l'ONU Valerie Amos espère que les agences humanitaires pourront continuer "dans les jours à venir" à livrer de l'aide à la population syrienne en passant par la Turquie ou la Jordanie, après une première opération le 24 juillet.

"Dans les jours à venir j'espère être en mesure de confirmer l'envoi d'autres convois par les points de passage désignés", a indiqué Mme Amos dans un communiqué publié après qu'elle eut rendu compte au Conseil de sécurité de la situation humanitaire en Syrie.

Une résolution adoptée le 14 juillet par le Conseil autorise le passage de convois humanitaires venant de Turquie, Jordanie et Irak sans que Damas ne doive donner au préalable son accord.

Selon cette résolution 2165, ces passages transfrontaliers doivent se faire par quatre points, dont deux en Turquie (Bab al-Salam et Bab al-Hawa), un en Irak (Al-Yarubiyah) et un en Jordanie (Al-Ramtha). Les camions sont contrôlés en amont de la frontière pour vérifier que leur cargaison est purement humanitaire.

"J'ai confirmé au Conseil que le mécanisme de contrôle avait été mis en place", a expliqué Mme Amos, en rappelant qu'un premier convoi avait franchi le 24 juillet la frontière de Bab al-Salam. Ses neuf camions ont permis de ravitailler 26.000 personnes environ dans les gouvernorats d'Alep et d'Idlib (nord) .

Mme Amos a cependant souligné que l'ONU n'avait pas encore décidé d'utiliser le point de passage irakien. Celui-ci est contrôlé par les jihadistes de l'Etat islamique.

Elle a aussi signalé les "grandes difficultés" de ces opérations, dont "l'existence de nombreux groupes armés, et de groupes terroristes qui se sont déclarés hostiles à l'assistance humanitaire internationale".

L'ONU estime pouvoir atteindre ainsi 2,9 millions de civils supplémentaires, dans des zones tenues par l'opposition armée syrienne.

Pour l'instant, la majeure partie de l'aide transite par Damas et profite aux régions tenues par les forces gouvernementales.

avz/gde

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.