POLITIQUE
29/07/2014 09:04 EDT | Actualisé 28/09/2014 05:12 EDT

Des «faux passagers» inscrits sur les vols de l'ancienne première ministre de l'Alberta

Getty
Alison Redford, premier of Canada's Alberta province, speaks during an interview in New York, U.S., on Tuesday, Nov. 15, 2011. Redford told reporters in Washington yesterday she doesn't have 'any reason' to believe the U.S. government's review of the Keystone XL pipeline will lead to an 'adverse' outcome. Photographer: Stephen Yang/Bloomberg via Getty Images

De « faux passagers » ont été enregistrés à bord d'avions gouvernementaux de l'Alberta, laissant Alison Redford et son entourage seul à bord. C'est ce que révèle un rapport du vérificateur général de la province portant les voyages de l'ancienne première ministre.

Un texte de Raphaël Bouvier

Avant sa démission du poste de première ministre de l'Alberta, le 23 mars dernier, Alison Redford avait demandé au vérificateur général de la province de se pencher sur l'utilisation de la flotte du gouvernement  provincial.  À cette époque,  l'ancienne première ministre était sous la pression de l'opposition qui remettait en question ses dépenses, mais aussi les motifs de ses voyages. Radio-Canada a obtenu une copie du rapport rédigé par le vérificateur général.

Réservations pour des « faux passagers »

Selon des témoignages livrés au vérificateur général par des employés du Conseil du Trésor, les sièges disponibles à bord des vols de l'avion gouvernemental étaient bloqués, question de réserver l'appareil exclusivement pour Alison Redford et ses proches. Le vérificateur dit ne pas pouvoir établir quand la pratique a commencé, mais avance à l'aide de documents gouvernementaux que les sièges d'une douzaine de vols entre janvier et mars 2014 étaient  « bloqués ».  Une pratique, avance le rapport, qui « aurait permis d'empêcher des élus ou des employés gouvernementaux d'être à bord de ces vols ».

Dans le rapport du vérificateur, on peut lire que Mme Redford et son ancien chef de cabinet ont nié connaître l'existence d'une telle pratique.

Voyages en famille

Le rapport du vérificateur général de l'Alberta conclut aussi qu'Alison Redford a profité d'avantages personnels en transportant avec elle sa fille à bord des avions du gouvernement albertain. Après plusieurs recherches et entrevues,  le vérificateur général, Merwan Saher, avance dans son rapport n'avoir trouvé aucune raison professionnelle expliquant  la présence de la fille de l'ancienne première ministre à bord des vols, ce qui va à l'encontre des politiques gouvernementales.

La fille d'Alison Redford a entre autres accompagné l'ancienne première ministre à la rencontre de l'Association des gouverneurs de l'Ouest en Arizona en décembre 2012. La fille de l'ancienne première ministre était aussi à bord de l'avion de sa mère lorsque celle-ci s'est rendue à la rencontre du Conseil de la Fédération à Niagara-on-the-Lake, à l'été 2013.

En avril 2013, Alison Redford et sa fille étaient en vacances à Palm Springs en Californie. Elles sont rentrées à bord d'un avion gouvernemental qui a fait le trajet aller-retour depuis l'Alberta pour assister aux funérailles de l'ancien premier ministre Ralph Klein. Des sièges à bord de vols commerciaux étaient disponibles, mais des membres de l'entourage de l'ancienne première ministre ont affirmé au vérificateur général qu'Alison Redford a insisté pour rentrer à bord d'un appareil appartenant à la province.

Dans tous ces cas, le vérificateur général ne peut confirmer si la présence de la fille d'Alison Redford a justifié la décision d'utiliser des avions de la province plutôt que de prendre des vols commerciaux, faute de documents justifiant les décisions prises à l'époque.

Voyage en Afrique du Sud

Le vérificateur général s'est aussi penché sur le séjour d'Alison Redford en Afrique du Sud en décembre dernier, à l'occasion des funérailles de l'ancien dirigeant sud-africain, Nelson Mandela. Pour se rendre en Afrique, l'ancienne première ministre était montée à bord d'un avion du gouvernement fédéral. Comme il n'y avait de la place que pour elle, elle a fait venir son adjoint à bord d'un vol commercial.

Plutôt que de prendre le vol de retour offert par Ottawa, Alison Redford et son adjoint sont rentrés au pays à bord de vols commerciaux. Un choix qui avait été justifié, a expliqué Alison Redford, par son besoin d'être de retour en Alberta pour un remaniement de son cabinet. Or, selon le vérificateur général, ce remaniement ministériel a été annoncé une semaine avant qu'il ait lieu, ce qui aurait laissé le temps à Alison Redford de rentrer à bord de l'avion du gouvernement fédéral. Le coût total du séjour d'Alison Redford et de son adjoint en Afrique du Sud était de près de 45 000 $.

Après de multiples demandes de l'opposition, la première ministre avait remboursé les dépenses liées à ce voyage en signant un chèque de 44 254 $.

Recommandations du vérificateur général

Afin d'éviter que des situations semblables se produisent à nouveau, le vérificateur général suggère qu'un véritable système de vérification soit mis en place. Sans véritables vérifications, son rapport indique qu'il y a « toujours des risques que des gens tentent d'influencer de manière inappropriée l'utilisation de fonds publics. »

Ces conclusions du vérificateur général font réagir l'opposition. Selon Danielle Smith, la chef du Wildrose, principal parti d'opposition en Alberta, ce rapport est une démonstration de ce qui va mal quand un gouvernement est en place depuis trop longtemps. Le Parti progressiste-conservateur de l'Alberta règne sur la province depuis 43 ans.

Le Wildrose demande au gouvernement albertain de se départir de sa flotte d'avions.

Le personnel du bureau de circonscription d'Alison Redford, qui est toujours députée, a affirmé à Radio-Canada que l'ancienne première ministre n'était pas disponible pour commenter les conclusions du rapport.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo The Penthouse Suite Redford Ordered Voyez les images