NOUVELLES
27/07/2014 12:30 EDT | Actualisé 26/09/2014 05:12 EDT

Ukraine: les combats s'intensifient près du site de l'écrasement du vol 17

BULENT KILIC via Getty Images
A pro-Russia separatist holds his gun towards the Ukrainian army position at a checkpoint near the front line in the northern outskirts of city of Donetsk, on July 22, 2014. Terrified civilians fled as intense clashes yesterday between Ukrainian government troops and pro-Russian rebels left at least four people dead on the outskirts of the insurgent bastion of Donetsk. A military spokesman said yesterday government troops were battling back control of the districts around the airport and had broken through the rebel cordon to reach their comrades inside. AFP PHOTO/ BULENT KILIC (Photo credit should read BULENT KILIC/AFP/Getty Images)

DONETSK, Ukraine - Les forces armées ukrainiennes ont lancé une importante attaque contre les combattants prorusses, dimanche, afin de s'emparer de la zone où l'avion de la Malaysia Airlines a été abattu plus tôt ce mois-ci.

Les informations faisant étant d'une intensification des combats a entraîné le report d'un déplacement sur place d'une équipe de policiers néerlandais et australiens devant entamer des recherches de preuves et des cadavres toujours sur place.

À Washington, le département d'État a diffusé des images satellites qui, affirme-t-on, montrent que la Russie a tiré des roquettes à plus de 11 kilomètres à l'intérieur de l'Est ukrainien. Ces images, fournies par le directeur des services américains de renseignement, montrent des marques de décollage à l'endroit où elles ont été tirées, et des cratères aux points d'impact. Les images montreraient des frappes effectuées entre le 21 et le 26 juillet.

Selon le Conseil national de sécurité de l'Ukraine, les troupes gouvernementales ont encerclé Horlivka, un bastion rebelle, et des combats sont aussi en cours dans d'autres villes de l'Est. Horlivka est située à environ 30 kilomètres au nord de la principale ville rebelle, Donetsk.

Les forces armées «ont multiplié les assauts contre le territoire détenu par des mercenaires prorusses, détruit des points de contrôle et des positions, et se sont fortement rapprochées de Horlivka», a fait savoir le conseil par communiqué. Un représentant du commandement militaire séparatiste de Donetsk a confirmé la tenue de combats à Horlivka, mais a assuré que les rebelles tenaient leurs positions.

Ailleurs, l'agence de presse officielle russe RIA Novosti a signalé dimanche qu'une colonne de transports de troupes blindés, de camions et de chars d'assaut était entrée dans la ville de Shakhtarsk, à 15 kilomètres à l'ouest du site de l'écrasement du Boeing 777. Cette ville a une importance stratégique dans la région; en la prenant, l'armée ukrainienne couperait des lignes de ravitaillement essentielles pour les rebelles.

Des médias locaux ont aussi rapporté des combats à Snizhne et Torez, les deux villes moyennes situées le plus près du site de la catastrophe.

Le gouvernement a accusé dimanche les rebelles d'avoir tiré des roquettes contre un immeuble à logements de Horlivka, dans une présumée tentative de discréditer l'armée et d'alimenter le sentiment anti-gouvernemental. La «République populaire de Donetsk» a plutôt accusé Kiev, lui imputant aussi d'autres attaques similaires survenues dans diverses villes.

Le gouvernement régional de Donetsk — qui est loyal à Kiev et a été relocalisé depuis l'arrivée des rebelles — a signalé dimanche qu'au moins 13 personnes, dont deux enfants âgés de 1 et 5 ans, avaient été tués dans des combats à Horlivka. Cinq autres personnes ont perdu la vie lors de heurts dans une banlieue nord de Donetsk.

Human Rights Watch a condamné la semaine dernière une supposée pratique du gouvernement de Kiev consistant à utiliser des roquettes non guidées dans les régions urbaines. Selon l'organisme, l'utilisation de ces roquettes viole le droit humanitaire international, et «pourrait représenter des crimes de guerre».

Dix jours après l'écrasement du vol 17 de Malaysia Airlines, abattu par un missile sol-air au-dessus du territoire séparatiste, la véritable enquête n'a toujours pas débuté; des corps jonchent toujours le sol et le site a certainement été contaminé, compromettant encore davantage les travaux des médecins légistes. Il n'était d'ailleurs pas possible de savoir si les experts australiens et néerlandais pourraient entamer leurs travaux.

Alexander Hug, le chef adjoint d'une équipe d'observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, affirme qu'il est trop dangereux pour que les policiers non armés se rendent à Donetsk.

En plus de présenter des preuves de tirs de roquettes russes en territoire ukrainien, les États-Unis ont dit avoir observé le déplacement, près de la frontière, de puissants systèmes de roquettes.

À Varsovie, environ 250 personnes ont défilé à travers la ville pour dénoncer ce qu'ils qualifient de «terreur» imposée par le président russe Vladimir Poutine en Ukraine.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Écrasement du vol MH17 de Malaysia Airlines en Ukraine Voyez les images