NOUVELLES
27/07/2014 09:06 EDT | Actualisé 26/09/2014 05:12 EDT

Plus de 1.060 Palestiniens tués en 20 jours d'offensive israélienne à Gaza

Au moins 10 personnes ont été tuées dimanche dans les bombardements israéliens dans la bande de Gaza, portant à 1.062 le nombre de Palestiniens morts en 20 jours de conflit, selon les services de secours palestiniens.

Les raids aériens et les tirs d'artillerie de l'armée israélienne avaient continué après 11H00 GMT, l'heure fixée par le mouvement palestinien Hamas pour commencer une nouvelle trêve humanitaire de 24 heures, après l'avoir initialement refusée.

Israël avait, par contre accepté de prolonger de 24 heures la trêve de 12 heures observée samedi, mais il a ensuite repris ses opérations dans l'enclave palestinienne dimanche matin en riposte aux tirs de roquettes revendiqués par le Hamas au pouvoir à Gaza.

Dimanche, dix Palestiniens ont péri dans les raids aériens et les tirs d'artillerie, dont deux près de la frontière israélienne, cinq dans le secteur de Khan Younès (sud), deux dans le camp de Nousseirat (centre) et une femme dans l'ouest du territoire, a indiqué le porte-parole des urgences, Achraf al-Qodra.

Trois autres Palestiniens ont succombé à leurs blessures infligées avant dimanche par les tirs israéliens, a-t-il ajouté.

Au total, depuis le début de l'offensive israélienne le 8 juillet visant à faire cesser les tirs de roquettes du Hamas, 1.062 Palestiniens ont été tués et plus de 6.000 blessés, en grande majorité des civils dont de nombreux enfants, selon un dernier bilan fourni par M. Qodra.

L'Unicef avait vendredi fait état de près de 200 enfants tués dans le conflit.

Dans un communiqué confirmant la reprise de l'offensive militaire israélienne, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a de nouveau rendu le Hamas responsable des pertes humaines civiles, coupable selon lui d'une "utilisation cynique des habitants de Gaza comme boucliers humains".

"L'armée israélienne vise les centres terroristes mais si les habitants sont frappés de manière non intentionnelle, le Hamas en portera la responsabilité dans la mesure où il a de nouveau refusé une trêve humanitaire qu'Israël avait acceptée", a avancé M. Netanyahu, en référence au refus initial du mouvement palestinien de prolonger la trêve humanitaire.

Le Hamas a cependant fait volte-face quelques heures plus tard, décidant finalement d'accepter une trêve de 24 heures. Ce revirement intervient peu avant la fête du Fitr, marquant la fin du mois sacré musulman du ramadan, et qui doit avoir lieu lundi ou mardi soir.

Mais Israël n'a pas encore dit s'il acceptait cette trêve.

sy-hmw-jlr/ng/cbo/tp