NOUVELLES
27/07/2014 12:04 EDT | Actualisé 26/09/2014 05:12 EDT

Nord du Nigeria: cinq morts dans l'attentat contre une église de Kano (police)

Une bombe a fait au moins cinq morts et huit blessés dans une église de Kano (nord du Nigeria), dans le quartier chrétien de Sabon Gari déjà touché par des attaques du groupe islamiste armé Boko Haram, selon la police.

Un peu plus tôt dans la journée, une kamikaze, qui se dirigeait vers une grande université de la ville avec une bombe dissimulée sous son hijab, s'était fait exploser au moment de son interpellation, blessant cinq policiers.

"Cinq personnes sont mortes et huit autres ont été blessées" dans l'attaque qui visait l'église catholique Saint Charles de Kano, peu après la fin de la messe du dimanche, a déclaré à l'AFP Frank Mba, le porte-parole de la police nigériane.

Il s'agissait "sans doute d'un EEI" (engin explosif improvisé) placé de l'autre côté de la route, a-t-il précisé. Idowu Kazim, un mécanicien qui se trouvait dans le quartier de Sabon Gari, dit avoir entendu une énorme explosion vers 14H15 (13H15 GMT).

Cette attaque s'est produite peu après une tentative d'attentat suicide contre l'université du Nord-Ouest de Kano, selon M. Mba.

"Une femme kamikaze a été isolée alors qu'elle marchait en direction de l'entrée de l'université", a-t-il rapporté. "Les policiers de garde l'ont isolée" à cause de son comportement inhabituel.

Les agents s'apprêtaient à faire appel à des collègues féminines pour la fouiller quand la kamikaze a déclenché une bombe dissimulée sous son hijab, se tuant et faisant cinq blessés parmi les policiers présents, a expliqué M. Mba.

La police de Kano a aussi annoncé dimanche avoir déjoué un attentat à la voiture piégée visant une mosquée et le domicile attenant de Sheikh Isyaku Rabiu, un dignitaire musulman de Kano.

"Une bombe déclenchable à distance a été placée hier (samedi) dans une voiture abandonnée près de la mosquée Sheikh Isyaku Rabiu. La police a été alertée par des habitants vigilents la nuit dernière. Nos spécialistes en explosifs ont pu désactiver l'EEI", a déclaré le porte-parole de la police de Kano, Musa Magaji Majia.

Le groupe islamiste armé Boko Haram, qui revendique la création d'un Etat islamique dans le nord du pays, majoritairement musulman, a déjà tenté d'assassiner plusieurs dignitaires religieux accusés de se soumettre à l'autorité du gouvernement fédéral, actuellement dirigé par le président Goodluck Jonathan, un chrétien du Sud.

Le quartier de Sabon Gari a été visé à plusieurs reprises par des attentats, dont le dernier avait fait au moins un mort et huit blessés dans une gare routière jeudi.

cdc/mba